Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des enfants volés au Maroc vendus à des familles espagnoles

28 cas de traite de mineurs entre 1970 et 1980




Des enfants volés au Maroc vendus à des familles espagnoles
L’information relayée hier par « El Pais » et « ABC » et concernant la découverte d’un réseau de trafic d’enfants volés au Maroc et vendus en Espagne a fait l’effet d’une bombe.
Selon le premier de ces deux journaux espagnols, la Guardia civil de Mellilia a affirmé avoir démantelé un réseau spécialisé dans le trafic d’enfants volés. Elle a ainsi fait part de 28 cas d’enfants marocains volés entre 1970 et 1980 au Maroc et introduits dans la ville occupée pour y être vendus à des familles espagnoles qui ont prétendu en être les parents biologiques.
D’après « El Pais », le réseau était spécialisé  dans le transfert d’enfants marocains vers Mellilia qui lui servait de quartier général. Suite à quoi, ce réseau fournissait de faux documents à ces enfants qui furent cédés à des familles vivant dans la Communauté de Valence.
De son côté, « ABC » a ajouté un autre détail d’importance à cette affaire tragique. Le réseau en question achetait des nourrissons à « des femmes de la rue ou sans ressources » et les vendait en Espagne moyennant 300.000 pesetas (monnaie espagnole de l’époque). Le journal électronique «La Verdad » indiquait, pour sa part,  que le prix de cession de ces enfants marocains variait  entre 1600 et 6000 euros.
Toujours selon « ABC », ce réseau  se compose de nombreuses personnes, de la santé et de l’ordre religieux. Une trentaine de personnes sont impliquées dans ce «complot criminel », selon l’expression utilisée par « El Pais ». La majorité d’entre elles  sont très âgées, alors que d’autres sont déjà décédées. Cependant, aucune personne n’a encore été interpellée dans cette affaire qui compte 31 suspects, précise l’agence de presse  « EFE ».
L’enquête menée il y a plus de deux ans, a permis de mettre le doigt sur 28 cas, mais les enquêteurs croient que le nombre de victimes dépasse largement ce chiffre étant donné que des familles espagnoles faisaient venir à Mellilia des Marocaines enceintes pour y accoucher et leur céder leurs nouveau-nés après falsification des documents de naissance par les centres hospitaliers de la ville occupée, rapporte « ABC ».
Un haut responsable de la Guardia  civil, Arturo Ortega, qui mène l’enquête dans cette affaire dénommée « opération cachée », a affirmé lors d’une conférence de presse, tenue hier, que les enquêteurs ont pu identifier 14 victimes dont quelques-unes ignoraient même qu’elles ont été adoptées.
La même source a précisé que les chefs de ce réseau criminel sont trois sœurs nées à Tétouan. Deux d’entre elles qui avaient élu domicile à Mellilia avaient pour mission de rechercher et d’entrer en contact avec des familles espagnoles qui n’avaient pas de progéniture, alors que la troisième s’était spécialisée dans la recherche de femmes enceintes au Maroc.
L’enquête a été ouverte à la suite de deux plaintes déposées fin novembre 2011 auprès du procureur général de l’Etat par l’Association des personnes concernées par les adoptions illégales et le vol d’enfants.

Mourad Tabet
Jeudi 9 Mai 2013

Lu 1170 fois


1.Posté par ZZ le 10/05/2013 20:07
Alors il faut demander une enquête concernant les enfants qui ont été séparés de leur famille à tindouf et e,voyé en Libye pendant le tzmps de Kadafi, en Esdpagne et à Cuba.
Il faut chercher les ONG et les resp,sables qui ont prétendus eduqués ses enfants et les bien élevés en les transportant hors de leur famille, tout petit pour lavage de cerveau ou esclavage.
L4OBSERVATEUR DE L4ENFANT MAROCAIN OU la société civile doit déclencher cette affaire qui dépasse le cadre de droit des hommes.
Est qu'une personne qui déchèrent les familles pour qu'elles ne peuvent pas quitter les camps de tindouf ou pour avoir des dons et de soutient à l'échelle internationale
Demabder l'intervention de Mme Kenedy et de la société civile norvigienne et espagnoles.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs