Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des élections anticipées en Italie : Retour probable de Berlusconi au pouvoir




Des élections anticipées en Italie : Retour probable de Berlusconi au pouvoir
L'Italie se prépare à des élections anticipées après deux coups de théâtre successifs: l'exubérant Silvio Berlusconi est prêt à revenir gouverner le pays, et son successeur, l'austère Mario Monti, a annoncé sa démission imminente.
Le Cavaliere, réagissant dimanche soir à Milan à l'annonce du retrait programmé de Mario Monti, en a minimisé la portée: "Il change peu de choses; nous avons ainsi une anticipation de la date du vote d'un mois, un mois et demi", a-t-il jugé, citant comme date possible le 24 février, alors que les élections étaient normalement prévues pour avril.
Celui qui a déjà gouverné l'Italie à trois reprises a promis d'"expliquer aux Italiens à la télévision" sa décision de revenir.
Après avoir soutenu pendant un an le gouvernement Monti, en pleine crise des marchés, le magnat de la télévision, amateur de jolies femmes, réputé pour ses rodomontades, ses plaisanteries et son ego, a ainsi lâché le rigoureux professeur d'économie, catholique pratiquant, à l'humour pince-sans-rire.
Tous deux incarnent deux images opposées de l'Italie à l'étranger.
Sur la scène européenne, Mario Monti est vu comme l'artisan de l'assainissement durable de l'économie italienne, la troisième de la zone euro.
"Les Italiens ne doivent pas céder à l'illusion qu'il existe des solutions miracle (....) Il n'y a pas d'alternative à la correction des finances publiques et à l'amélioration de réformes qui améliorent la compétitivité", a averti José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, au quotidien économique Il Sole 24 Ore.
Samedi, M. Monti a annoncé sa décision "irrévocable" de jeter l'éponge après le vote du budget prévu d'ici à la fin de l'année. Il a tenu à faire cette annonce alors que les marchés étaient fermés, pour éviter des réactions intempestives.
Selon le Corriere della Sera, le chef du gouvernement a été particulièrement "indigné" par les déclarations faites vendredi par Angelino Alfano, secrétaire général du parti de M. Berlusconi (le Peuple de la liberté), lorsque le PDL a décidé de ne pas voter un texte s'attaquant aux coûts de la politique.

AFP
Mardi 11 Décembre 2012

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs