Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des écosystèmes menacés par de gros poissons exotiques




D'après une étude menée par des chercheurs français, belges et hollandais, plusieurs espèces de poissons d'eau douce introduites par l'homme dans de nouveaux milieux ces 150 dernières années sont aujourd'hui plus grandes de 2 centimètres en moyenne que celles naturellement présentes dans les cours d'eau. Cette introduction a eu un impact fort sur la taille des communautés de poissons et représente un important risque de modification des écosystèmes aquatiques.
Des chercheurs du CNRS, de l'université de Toulouse, de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) ainsi que des universités d'Anvers en Belgique et d'Utrecht, aux Pays-Bas, ont croisé des données sur les poissons présents dans 1050 cours d'eau du monde.
Au cours des 150 dernières années, plusieurs centaines d'espèces ont été introduites aux quatre coins du globe, de manière fortuite, à des fins alimentaires ou même récréatives. L'introduction de ces poissons exotiques dans les cours d'eau aurait, d'après les chercheurs, entraîné une augmentation de la taille moyenne des communautés de poissons d'environ deux centimètres.
"Cette modification affecte avec modération, mais significativement la règle empirique de Bergmann. Cette règle générale, qui s'applique à la majorité des êtres vivants, exprime le fait que plus un organisme vit éloigné de l'équateur, plus sa masse corporelle est importante" explique l'IRD dans un communiqué.
L'introduction d'espèces exotiques dans les cours d'eau peut également affecter le fonctionnement des écosystèmes. Certains de ces grands poissons sont en effet des prédateurs tels que la truite, le black bass ou le silure, tandis que d'autres se nourrissent de détritus ou de végétaux. Or ces caractéristiques écologiques pourraient entraîner une modification de la chaîne alimentaire comme du recyclage de la matière organique.
"Les modifications de la taille moyenne des communautés observées dans les cours d'eau à l'échelle du globe pourraient donc aller de pair avec des modifications du fonctionnement des écosystèmes aquatiques" alertent les chercheurs.

Maxisciences
Lundi 5 Avril 2010

Lu 209 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs