Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des dizaines de disparus dans un glissement de terrain en Birmanie














Les ONG dénoncent une intensification de l'activité des compagnies minières



Les secouristes à pied d'œuvre après un nouveau glissement de terrain dans une mine de jade du nord de la Birmanie se sont dit certains dimanche que seule une poignée de personnes manquaient à l'appel, démentant la presse locale qui évoque une cinquantaine de disparus.
 Un mur de pierres, de boue et de débris a dévalé une colline vendredi à Hpakant, dans l'Etat Kachin, région en proie au conflit qui est aussi au cœur de l'industrie du jade birmane.
 Fin novembre, plus de 100 personnes étaient mortes dans cette région isolée frontalière de la Chine, quand une montagne de remblais s'était effondrée sur des dizaines de cabanes de fortune dans lesquelles dormaient des habitants vivant de la recherche de morceaux de jade non exploités.
 Ce type d'accident est fréquent dans la région, où le paysage est lunaire tant il a été transformé par l'exploitation des mines, au mépris de l'environnement.   Mais l'accident de fin novembre était le plus meurtrier des dernières années et les habitants craignaient que des dizaines de personnes n'aient été ensevelies dans cette nouvelle coulée.
 Les autorités chargées des opérations de secours ont toutefois souligné que seul un petit nombre de disparus leur avait été signalé et qu'aucun corps n'avait été retrouvé.
 "Trois hommes ont été portés disparus", a déclaré à l'AFP un policier d'Hpakant. "Nous ne savons pas s'ils ont été ensevelis, nous n'avons pas retrouvé de corps".
 Le glissement de terrain s'est produit alors que la plupart des ouvriers avaient fini le travail.
 Des milliers de travailleurs birmans pauvres affluent dans cette région pour tenter de récupérer les éclats de jade négligés par les pelleteuses, une activité non contrôlée sur laquelle autorités et compagnies ferment les yeux.
 La Birmanie tire de grands profits de la présence massive de jade dans le sous-sol de cette région minière, qui produit l'essentiel de la production mondiale de cette pierre précieuse.
Malgré les réformes, le plus grand secret continue d'entourer ce marché du jade, qui reste la chasse gardée des vieilles élites ayant bâti leurs fortunes à l'époque de la junte autodissoute en 2011. La Birmanie a vendu sur le marché mondial en 2014 près de 27,5 milliards d'euros de jade, dix fois le chiffre officiel selon un rapport publié en octobre 2015 par l'ONG Global Witness.
L'ONG basée à Londres souligne que le marché du jade représente près de la moitié du Produit intérieur brut (PIB) de ce pays qui reste l'un des plus pauvres d'Asie du Sud-Est, en dépit d'une forte croissance depuis l'ouverture de l'ex-Etat paria en 2011.
Rien que vers la Chine, selon les chiffres officiels de Pékin, plus de 12 milliards de dollars (10,6 milliards d'euros) de jade birmane ont été importés en 2014, souligne Global Witness, dénonçant un "possible plus grand pillage de ressources naturelles de l'Histoire moderne".
Les ONG dénoncent une intensification de l'activité des compagnies minières ces derniers mois.
Autrefois terre de jungles luxuriantes, la région de Hpakant est désormais constellée de collines à nu, en raison de la multiplication des carrières.
L'engouement des Chinois pour la précieuse pierre aux diverses nuances de vert accélère la déforestation de cette région septentrionale de l'Etat Kachin.
Cette région est aux prises avec des combats entre l'armée et des groupes rebelles armés.
Le jade est une source importante de revenus pour l'Armée d'indépendance kachin (Kachin Independence Army, KIA), un des groupes armés ethniques les plus actifs dans ses combats avec le pouvoir central.

 

Lundi 28 Décembre 2015

Lu 139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs