Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des diplomates algériens mis en cause : La justice espagnole diligente une enquête sur les crimes du Polisario




Des diplomates algériens mis en cause : La justice espagnole diligente une enquête sur les crimes du Polisario
C’est une première dans les annales de la justice espagnole. Le juge du Tribunal national (la plus haute instance judiciaire en Espagne), Pablo Ruz, ouvrira une enquête judiciaire contre des membres dirigeants du Front du Polisario pour des crimes de génocide, d’assassinat, de torture et d’enlèvements des dissidents sahraouis vivant dans les camps de Tindouf sur le territoire algérien.
Selon l’agence EFE, le juge espagnol a ouvert cette enquête suite à une plainte déposée par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (Asadeh) et trois victimes de torture contre le Polisario et de hauts responsables du gouvernement algérien.
Parmi les personnes dénoncées figurent un haut gradé du Polisario responsable des relations avec les Nations unies, Mohamed Khadad, l’ex-responsable de la défense au sein de ce mouvement séparatiste, Brahim Ghali, le chargé de la propagande Sidahmed Battale et d’autres responsables du Polisario.
Du côté algérien, l’attaché militaire de l’ambassade d’Algérie en Mauritanie, Nabil Kadour est impliqué dans cette affaire, ainsi que l’ambassadeur d’Algérie au Maroc, le général Omari, précise l’agence espagnole qui a pu accéder à la plainte déposée contre ces responsables.
Le juge espagnol a demandé à l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme, de lui délivrer des informations sur les personnes impliquées dans cette affaire, les trois victimes des crimes commis par le Polisario, et les témoins dont elle  dispose, et ce en vue de les auditionner et d’analyser leurs bilans médicaux.
La première victime, une femme, relate comment son père a été incarcéré d’une manière illégale et torturé durant plusieurs années. L’homme est mort peu après sa libération en 1986 à cause des séquelles graves de la torture subie dans les prisons du Polisario.
Une autre victime a été emprisonnée de 1979 à 1985 pour avoir émis « une opinion différente de celle de la direction du Polisario», alors que la troisième victime, un homme, a été incarcérée de 1974 à 1980 après avoir été accusée d’appartenir aux services de renseignement espagnols.
 Dans sa plainte, l’Asadeh accuse le Polisario de «retenir les Sahraouis contre leur volonté dans les camps de Tindouf, en Algérie, avec la complicité des autorités d’Alger».
Il convient de rappeler qu’Amnesty International avait accusé, au cours du  mois de mai dernier, «le Polisario de continuer à couvrir des responsables d’abus des droits humains dans les camps de Tindouf en Algérie, et de maintenir sous une chape de plomb ces camps qui échappent à tout contrôle», selon une note de presse publiée à ce propos par le Haut-Commissariat pour les réfugiés.

MOURAD TABET
Jeudi 22 Novembre 2012

Lu 1466 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs