Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des chercheurs créent deux nouvelles lettres dans l’alphabet du vivant




Des chercheurs créent deux nouvelles lettres  dans l’alphabet du vivant
Jusqu’ici ils étaient quatre. Quatre acides nucléiques qui forment l’ADN de tous les êtres vivants. L’équipe de Floyd Romesberg, de l’institut de recherche Scripps en Californie, a réussi à en ajouter une nouvelle paire dans l’ADN d’un organisme vivant. Les détails de cet exploit ont été publiés le 7 mai dans la revue Nature.
A la base donc, il n’y avait que deux paires : l’adénine (A) et la thymine (T) ainsi que la cytosine (C) et la guanine (G). A partir de ces bases, on peut former 64 combinaisons possibles de trois acides nucléiques consécutifs, par exemple ATC, ACG, etc : on parle de codons. Ces combinaisons commandent la fabrication des 20 acides aminés du monde vivant.  Par exemple, les codons AGT et AGC vont commander la fabrication d’un acide aminé appelé Sérine tandis que les codons CCT ou CCG vont entraîner la production de Proline. De là, se forme un enchaînement d’acides aminés qui servent ensuite à la fabrication des protéines. 
Dans leur nouvelle étude, les scientifiques américains ont toutefois réussi à ajouter deux nouvelles lettres à l’alphabet de l’ADN. Les deux bases qui ont fait leur entrée se nomment d5SICS et dNaM (ou X et Y), elles ont été insérées dans le génome de bactérie E. coli. Cela avait auparavant été réalisé dans des tubes à essai, mais c’est bien la première fois que cet ADN artificiel fonctionne au sein d’un être vivant.
Autrement dit, les scientifiques n’ont pas seulement inséré les bases dans le génome de la bactérie, créant le premier «organisme semi-synthétique avec un alphabet génétique étendu». Ils les ont aussi fait fonctionner. Résultat : les bases ont pu être transmises aux générations suivantes. 
«Ce que nous avons fait, c’est créer un organisme qui accueille sans l’altérer de l’information génétique supplémentaire», raconte au Figaro Floyd Romesberg, du Scripps Research Institute de La Jolla en Californie. Il aura fallu une quinzaine d’années à l’équipe pour en arriver à un tel résultat. 
«Dès les premières phases d’expérimentation, nous avions des raisons de penser que ça marchait mais il nous a fallu un mois supplémentaire pour le confirmer sans ambiguïté par trois techniques indépendantes», poursuit le chercheur.

Mercredi 14 Mai 2014

Lu 1401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs