Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des centaines de milliers de citoyens unis dans leurs slogans et revendications : La grande marche de la dignité




Des centaines de milliers de citoyens unis dans leurs slogans et revendications : La grande marche de la dignité
Comme attendu, la marche nationale à laquelle avaient appelé la FDT et la CDT a drainé du grand monde.  Outre les secrétaires généraux des deux centrales, Abderrahmane Azzouzi et Noubir Amaoui et leurs bureaux dirigeants, plusieurs figures politiques et syndicales  et des acteurs de la société civile et autres associations ont pris part à cette Marche pour la dignité particulièrement de la classe ouvrière et par là, bien évidemment, celle de la citoyenne et du citoyen marocains. Il y a lieu de relever une présence remarquée de la gauche marocaine, tous partis et mouvances confondus.  Une réunion avait d’ailleurs eu lieu dans les locaux de la CDT. Elle a regroupé, aux côtés des dirigeants des deux centrales, des membres du Bureau politique de l’USFP, du Congrès national ittihadi, du Parti socialiste unifié, du Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste, Annahj Addimocrati, de la Gauche verte, du Parti travailliste ainsi que des représentants de l’OMDH et de l’AMDH, du SNPM, des responsables de l’UMT et d’anciens membres de l’Armée de libération. Ont participé également à cette réunion qui traduit de belle manière l’unité de la gauche moderniste et démocratique, Mohamed Bensaid Ait Idder, Taieb Mounchid, Abdelkbir Bezzaoui, Mohamed Al Amrani, Abdelhamid Amine, entre autres figures fondatrices du mouvement syndical marocain.  
Des milliers de Marocains ont, en effet, répondu  massivement à l’appel des deux centrales pour protester contre la gravité de la situation et exprimer haut et fort leur colère à  l’encontre d’un cabinet Benkirane complètement  détaché de la réalité et qui apparemment  déboussolé, ne fait que dans la prise de décisions unilatérales.
Ce dimanche matin, tous les chemins menant vers la Place de la Victoire, à Derb Omar, à Casablanca étaient bondés de monde, tous âges confondus.  Des bus qui assuraient le transport des manifestants n’ont cessé leur va-et-vient. Le rejet de la politique du gouvernement actuel s’est manifesté clairement à travers les slogans, les banderoles et les pancartes qui appelaient tous au respect des engagements  de l’accord du 26 avril 2011, des libertés syndicales et publiques qui continuent d’être bafouées, à l’ouverture d’un dialogue social sérieux et responsable et le bannissement de la politique de la répression menée contre les protestations pacifiques.
Dans son intervention, Noubir Amaoui n’est pas allé par quatre chemins pour annoncer que le compte à rebours a commencé pour le cabinet Benkirane. La classe ouvrière, a-t-il ajouté, n’a pratiquement pas d’interlocuteur en face.
Pour sa part et au nom du Bureau central de la FDT, Abderrahmane Azzouzi a tenu à rappeler dans son allocution que la Marche du 27 mai s’inscrit dans le cadre d’un programme commun de lutte décidé par les deux centrales et qu’elle n’a aucun objectif électoraliste,  et ce pour amener le gouvernement à revoir sa politique  dans le domaine social marquée par de fortes régressions et le recours à la répression pour faire taire les manifestants.
Pour ce qui est du timing de cette marche, il a indiqué que les deux centrales n’ont pas fait preuve de précipitation et qu’elles ont accordé le temps nécessaire au gouvernement en vue de s’enquérir  du programme et des orientations de l’Exécutif ainsi que de sa méthodologie pour répondre aux attentes et doléances de la classe ouvrière et des citoyens.    
A travers la déclaration gouvernementale et la loi de Finances, il semble que le gouvernement ne dispose pas de vision stratégique et de programme clair pour traiter les affaires publiques et en premier lieu les questions sociales, a-t-il fait savoir. 

Déclarations

Mohamed Bensaïd Aït Idder, résistant et homme politique : « La marche d’aujourd’hui est une initiative positive et importante pour l’unité de la classe ouvrière et les forces de la gauche,  unies par le passé au sein de la Confédération démocratique du travail.
Dans ce cadre, j’appelle l’Union marocain du travail à rejoindre ce mouvement et à participer  au renforcement de l’unité syndicale,  ce qui milite en faveur de la classe ouvrière et la lutte sociale, économique et politique entamée avant l’indépendance. Il faut donc des mesures sérieuses pour unifier cette classe affaiblie par l’ancien régime ».

Taib Mounchid, un pionnier du syndicalisme marocain : « Je pense que tout au long de l’histoire du Maroc de l’après-indépendance, et sur plusieurs étapes où le mouvement national avait connu des crises et des problèmes, les syndicalistes créaient l’événement.   Mes espérances sont que l’on puisse continuer et œuvrer dans ce sens.
 Je souhaite qu’à leur tour, les responsables gouvernementaux, soient conscients du danger que représente la conjoncture que traverse actuellement le Maroc.
 Cette étape est historique et j’en suis d’autant plus fier pour des raisons objectives  mais également pour des raisons subjectives qui lui sont propres. Pour ce qui est des  raisons objectives, cette marche constitue une rencontre entre deux grands syndicats connus pour leur militantisme.
La séparation n’est en aucun cas favorable aux forces progressistes et syndicalistes. Cette unité entre la Confédération et la Fédération donne de l’espoir à tous les progressistes. Par ailleurs, j’ai vu des figures présentes qui se sont retrouvées en l’occasion et qui ont joué auparavant, un rôle principal dans la lutte démocratique et sociale de notre pays ».

Habib El Malki, membre du Bureau politique de l’USFP :  « La marche du dimanche est un événement national riche en significations et cela d’abord, du fait qu’elle a été organisée de la part de deux centrales syndicales connues par leur histoire et leur lutte.
Ensuite, du fait qu’elle a pris l’initiative de tirer la sonnette d’alarme sur une situation sociale dégradante face à laquelle le gouvernement est resté impuissant.
Je crois que cette initiative peut être considérée comme un appel pour jeter les jalons d’un nouveau consensus social basé sur un autre modèle susceptible de créer la solidarité sociale et de permettre à la classe ouvrière et aux classes moyennes de jouer leur rôle dans la stabilité et le dynamisme de l’économie nationale ».

Hassan Tarik, membre du Bureau politique de l’USFP : «C’est un grand jour dans l’histoire de l’action syndicale dans notre pays. Outre son aspect social qui est une forme de protestation pour défendre la justice sociale et la classe ouvrière marocaine, cette marche est pourvue d’une charge émotionnelle. Aujourd’hui, des générations de la famille ittihadie se sont de nouveau rencontrées et ce, dans la même voie du militantisme démocratique et progressiste. L’unité syndicale a toujours constitué un prélude à l’unité politique et cette marche doit avoir une suite, et c’est la responsabilité de toute la gauche et de l’ensemble de la famille ittihadie».

Jamal Rhmani, membre du Bureau politique de l’USFP : «C’est un événement important regroupant des potentialités qui jouent un rôle prépondérant dans le paysage politique national. Nous assistons aujourd’hui à une fusion entre le politique et le syndicaliste, de même que cette marche a confirmé la symbiose entre la FDT et la CDT, les deux grandes centrales syndicales. Une marche de la dignité où syndicalistes et politiques s’allient pour défendre les droits des citoyens marocains. Elle revêt une importance capitale et se veut un message pour le gouvernement appelé à reprendre les négociations et l’ouverture d’un dialogue sérieux et responsable  en dépit des contraintes afin de trouver les solutions adéquates aux revendications sociales».

Abdelaziz Ioui, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement (FDT) : «Cette marche est organisée par la CDT et la FDT pour attirer l’attention du gouvernement sur la situation détériorée des salariés et des fonctionnaires. Les attentes de ces catégories sont nombreuses et l’Exécutif est tenu de respecter l’accord de juillet 2011 et de satisfaire les revendications communes des deux centrales syndicales. De même qu’il est nécessaire d’instaurer de nouveaux principes pour un dialogue social tripartite entre le gouvernement, les syndicats et le patronat. Des principes sommant chaque partie à exécuter ce qui a été convenu. Aussi, le gouvernement est-il appelé à appliquer les clauses du dialogue social, au lieu d’afficher son soutien au patronat, à travers sa tentative de faire adopter la loi sur la grève sans consultation des autres partenaires sociaux ».

Allal Belarbi, membre du bureau exécutif de la CDT : «C’est une marche nationale, pacifique se voulant comme un message social avec une dimension politique. L’objectif est d’attirer l’attention de l’ensemble des responsables sur la conjoncture actuelle que connaît le Maroc et les régressions politiques qui ne sont plus permises. L’ensemble des démocrates et des modernistes doivent s’unir pour faire face à cette situation, tout en veillant à assurer la réussite du processus démocratique. Cette marche est une étape de militantisme qui devra sans doute être suivie par bien d’autres».

Kamal Daissaoui, président de l’arrondissement de Sidi Belyout: « C’est un moment historique que sont en train de vivre la classe ouvrière en général et le mouvement ittihadi. Les deux centrales ont estimé qu’il est primordial de coordonner leurs efforts pour défendre les intérêts des citoyens dont la classe ouvrière. En plus bien entendu de ces revendications sociales, c’est une marche à caractère politique qui ouvre les perspectives de l’unité de la Gauche qui devra marquer sa présence pour défendre les intérêts des citoyens».

Libé
Lundi 28 Mai 2012

Lu 848 fois


1.Posté par groupe le 28/05/2012 16:52
félicitation la marche d'hier fut un grand succès pour la classe ouvrière et les fonctionnaires ainsi qu'aux autres couches sociales et partant pour les syndicats .la sourde oreille et la nonchalance des responsables notamment ceux de direction générale des collectivités locales va inciter des fonctionnaires à résister et à faire face à cette politique maline avec force et enthousiasme . prenons pour exemple des mutation qui sont gelées depuis plus d'une année sans raison au niveau de la dgcl hada mounkar wa dolme a3ibad allah wach hna machi mgharba il faut les acculer . merci

2.Posté par ouchen le 28/05/2012 20:32
Un vent de désespoir semble souffler sur le pays , c’est mauvais d’autant plus qu’une prémonition de perte des repaires et des idéaux politiques de part et d’autre s’installe doucement et sans grand bruit si ce n’est celui de cette grogne d’insatisfaction à assouvir des besoins d’équité, de justice , de rétablissement de la grandeur de l’Etat de droit , transparent et intransigeant avec les fraudeurs , les adeptes des passes droit et des corrompus tous styles confondus très urgents et d’une acuité alarmante.
Cet Etat, SM le Roi s’est évertué à nous l’offrir dans le respect total de nos aspirations démocratiques, individuelles et collectives, dans notre diversité séculaire qui donne à notre identité nationale sa spécificité, en tant que peuple émancipé et qui est loin de sortir des greffes d’une dictature avide et inhumaine comme c’est le cas pour les pays arabes qui cherchent à se construire alors que notre souci à nous doit être celui de nous parfaire.
Je dis bien hormis cette grogne qui se manifeste de façon fortuite et sporadique, la dépression collective pour ne pas dire le désespoir chaotique fait son intrusion indésirable entrainant dans son sillage un arrière goût de futilisme politique, et pour cause :
• On est en face, sous la coupe même d’un gouvernement que les citoyens minoritaires (la majorité de ceux qui ont voté) ont bien voulu choisir pour les citoyens majoritaires (la minorité de ceux qui ont voté et la majorité écrasante de ceux qui se sont abstenu de le faire), un gouvernement qui investit trop dans le discours populiste que dans les actions même symbolique. Un gouvernement qui étonne et surprend ! il la faculté de remuer l’ordre des choses conventionnelle en poussant le désir de défendre ce qui lui semble juste jusqu’à l’extrême comme pour le cas de Ross, comme il peut se rétracter de façon incompréhensible comme c’est le cas des cahiers des charges, des diplômés chômeurs et la chasse aux fraudeurs ! il n’arrête pas de crier le haro sur Mawazine et se terre tout au long du festival si ce n’est pour se plaindre de la SNRT et 2M qui n’avaient pas couvert la conférence du PJD . La liste est déjà longue , d’ici 2016 on aura besoin de Shéhérazade pour la conter aux gosses qui auront cinq ans d’ici là et de leur dire c’étaient vos premières années dans la vie mes pauvres gamins !
• De l’autre côté, on est animé par une opposition totalement déphasée et qui s’entête à ne pas évoluer ou à se séparer de ses mécanismes archaïques des débuts des années soixante. Elle croit toujours que 100.000 manifestants dans un pays de quarante millions de citoyens vont inciter le Gouvernement à leur céder la place, car dans toute cette histoire il semble que le fait d’accéder au Gouvernement est plus important que celui d’initier un véritable process de développement multidimensionnel et durable ! des slogans qui font pitié, une personnalisation de la politique assortie d’injures qui font honte, deux syndicats qui se réveillent comme sous l’effet d’un cauchemar après une longue hibernation digne de « AS HAB AL KAHF »
Bref, ni le gouvernement, ni l’opposition ne sont à la hauteur de nos attentes ! ils nous font pitié plus qu’il nous exaspèrent, et c’est là où réside notre peur de tout laisser tomber et cultiver l’individualisme subjectif à outrance au détriment de l’appartenance collective à des idéaux clairs même s’ils s’opposent , quelque part ils se complètent et convergent vers un seul et même objectif : construire l’avenir de nos enfants dans la dignité absolue et inconditionnelle.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs