Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des centaines de milliards de dollars mis par Alger à la disposition du Polisario au détriment du peuple algérien

Lobbies et autres médias profitent de la manne




Des centaines de milliards de dollars mis par Alger à la disposition du Polisario au détriment du peuple algérien
Ceci explique cela. Les lobbies qui se veulent philanthropes et soi-disant sensibles aux droits de l’Homme sont mus par des considérations bassement pécuniaires. La confirmation de ce que tout le monde savait vient du portail électronique «algeriatimes.net».
Citant des sources bien informées, ce dernier a relayé mercredi une information selon laquelle «une enveloppe budgétaire conséquente, qui s’élève à 750 millions de dollars, a été accordée au département algérien des Affaires étrangères destinée exclusivement à financer des campagnes médiatiques –diffamatoires et calomnieuses- sur les droits de l’Homme dans les provinces du sud marocain et les drogues marocaines, des conférences internationales (en Europe et en Amérique) et même à motiver des supports médiatiques et verser des subsides à certains journalistes internationaux», afin de mener la vie dure au Maroc, salir son image à l’international et soutenir les séparatistes du Polisario. Et ce, «en guise de riposte à l’incident du consulat général d’Algérie à Casablanca».
«Algeria Times» précise que lors d’une «réunion d’urgence» tenue en présence du «président algérien Abdelaziz Bouteflika, le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée Gaid Salah, le général de corps d’armée, Mohamed Médiene dit Toufik, directeur du Département du renseignement et de la sécurité ( DRS), le directeur du Département de la sécurité intérieure (DSI) au sein de ce dernier, le général Athman Tartag, dit Bachir, et le ministre des Affaires étrangères, Ramtan Laamamra, il a été convenu de mettre en place une stratégie de riposte contre le Maroc.
Le site algérien affirme, dans ce cadre, qu’outre  l’aval donné au budget colossal demandé par Laamamra, cette réunion avait aussi défini les grands traits d’un «plan infernal» considérant 2014 comme une «année décisive pour l’affaire du Sahara occidental».
 Ledit journal explique qu’une partie de ce budget servira, également, à mettre la lumière sur la «souffrance» des séquestrés de Tindouf et de poursuivre «la mobilisation dans les provinces du Sud marocain», dans laquelle «les services secrets algériens jouent un rôle important », à travers des « collaborateurs» bien implantés dans la région. L’objectif recherché est d’«envenimer la situation dans les villes de Laâyoune, Smara, et Dakhla» par des «opérations pointues» avec «usage d’armes»  et entrant dans le cadre d’un «plan bien ficelé» préétabli par un «centre d’espionnage» relevant de la caserne de  Ben-Aknoun.
L’auteur dudit article, à savoir Hafid Bougara, ajoute en citant des sources bien informées, que ce plan préétabli a été remis au goût du jour, pour faire pendant à la volonté algérienne de permettre aux prochaines échéances électorales de se dérouler dans de bonnes conditions et aux revendications populaires pressantes de passer au second plan. Il rappelle, dans ce sens, que «le peuple algérien vit dans des conditions difficiles à cause, notamment, du fait de l’augmentation du taux de chômage, des violations manifestes des droits de l’Homme, des arrestations abusives et de la dévaluation du dinar algérien ...».
Bougara précise, en outre, que les budgets colossaux mis à la disposition du Polisario,  évalués par ses sources à 250 milliards de dollars, auraient dû normalement être consacrés à l’économie algérienne et au peuple algérien a-t-il indiqué en se demandant «Pourquoi  les dirigeants de l’Algérie ou bien «la bande qui gouverne», n’arrivent pas encore à comprendre que la véritable bataille est celle du développement économique, la lutte contre la pauvreté et la marginalisation, et la récupération de la véritable souveraineté que le peuple algérien n’a pas pu récupérer avec les révolutions de libération inachevée à cause des anciens mais aussi nouveaux colonisateurs.
En effet, depuis plus de trois décennies, l’Algérie ne cesse de mener contre le Maroc une guerre sans nom, une guerre secrète, une guerre de propagande, une guerre injuste et injustifiée, une guerre sans merci, une guerre idéologique, une guerre diplomatique et une guerre d’usure par Polisario interposé ….. Bref, toutes les formes de guerres imaginables sauf une guerre à la loyale, déclarée et ouverte, comme ce fut le cas lors de la Guerre des sables en 1963 et de celle d’Amgala en 1976, durant lesquelles, rappelons-le, le Maroc n’a fait que riposter et se défendre.
Désireuse à tout prix d’accéder à l’Atlantique pour acheminer son gaz et son pétrole, l’Algérie  s’acharne à créer un micro-Etat satellite dans le Sahara marocain et à s’opposer par tous les moyens à la récupération par le Maroc de son Sahara et à sa volonté de lui permettre de se développer et de se mettre au diapason des autres provinces du Royaume.
Ce faisant,  elle a non seulement mis sa manne pétrolière au service de ses ambitions hégémonistes, privant ainsi son peuple de ressources qui auraient pu lui permettre de bénéficier des fruits d’un développement économique et social plus soutenu, mais elle a aussi privé l’ensemble des pays maghrébins de réaliser le rêve unitaire qu’ils n’ont cessé d’embrasser depuis l’aube de leurs indépendances. L’UMA a ainsi été mise en parenthèse et nombre de points de croissance ont ainsi été perdus à jamais tant pour l’Algérie elle-même que pour le Maroc, la Mauritanie et la Libye.
A preuve, Boumediene qui disait que le Maghreb ne pouvait supporter deux lions dans le même endroit, n’a cessé de mettre des bâtons dans les roues de l’UMA.
Bouteflika ne fait donc que rejouer le même scénario que son prédécesseur.
En augmentant le soutien de son pays aux séparatistes après avoir concocté en 2001 son tristement célèbre plan de partition du Sahara marocain, il ne fait que s’en tenir invariablement à la position d’hostilité affichée par la nomenklatura algérienne à l’égard de notre pays, soufflant le chaud et le froid et disant aujourd’hui une chose et le lendemain son contraire avec, en toile de fond, une volonté manifeste de nuire à notre pays, quitte à user de toutes les supercheries possibles et imaginables fussent-elles des plus nauséabondes.

«El Watan» muselé

Donneuse de leçons en matière de droits de l’Homme, l’Algérie en bafoue allègrement les plus élémentaires d’entre eux. En l’occurrence la liberté d’expression. El Watan en a eu un arrière-goût amer mercredi en recevant un courrier émanant de l’office Riadh El Feth, lui demandant d’obtenir une autorisation de la wilaya d’Alger, pour pouvoir organiser ses débats à la salle Cosmos. Chose impossible à réaliser en 24h, à la veille d’un week-end, d’autant plus que ce journal avait réservé la salle le 27 octobre dernier.
Des instructions fermes ont été adressées, mercredi soir, aux différents services pour interdire et (ou) empêcher la tenue des débats d’El Watan, que devaient animer entre autres, le juriste Mouloud Boumghar, l’économiste Smail Goumeziane, le politologue Mohammed Hachmaoui et le sociologue Abdelkader Lekjaa, autour du thème «Statu quo autoritaire - Quel coût pour l’Algérie».

Mohammed Taleb
Samedi 9 Novembre 2013

Lu 2211 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs