Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des cas d'intoxication signalés à Hay Mohammadi : Une eau à risque




Des cas d'intoxication signalés à Hay Mohammadi : Une eau à risque
Quelques dizaines de cas d'intoxication ont été constatés à l'hôpital Mohammed V de Hay Mohammadi de Casablanca, selon plusieurs sources concordantes. « Nous avons reçu plusieurs patients souffrant d'intoxication ces deux derniers jours », nous a confirmé un médecin opérant dans ledit établissement en ajoutant que les responsables du service d'hygiène de la préfecture se sont déplacés sur place pour examiner l'état des lieux.
La même source nous a confirmé ce que nous avons pu recueillir auprès des habitants dudit quartier où  ces derniers ont constaté que l'eau du robinet a changé de goût et de couleur. « Moi aussi j'ai pu voir ça de près, l'eau qui coule dans les robinet de notre hôpital a elle aussi changé de goût et de couleur », nous a-t- précisé.
La tension monte de plus en plus chez les habitants qui ont commencé à  se poser des questions sur la potabilité de  l'eau qu'ils consomment. Surtout qu'ils n'ont pas encore oublié le scandale qui a secoué la population casablancaise quand un confrère arabophone avait dévoilé que l’eau d’un tronçon du réseau d'assainissement se déversait dans celui de l'eau potable.
A rappeler dans ce sens que des informations qui circulent sur les réseaux sociaux estiment le nombre de cas d'intoxication entre 200 et 250 personnes.
Les services de la préfecture de Ain Sbaâ-Hay Mohammadi ont démenti d'avoir effectué une inspection dans ledit hôpital, ajoutant qu'aucun cas d'intoxication n'a été enregistré. Ce qui contredit ce que nous  ont affirmé deux médecins de l'hôpital Mohammed V.
Par ailleurs, les habitants dudit quartier que nous avons interrogés à ce propos accusent la Lydec et les travaux du tramway. Une femme dont le fils a été victime d'intoxication nous a déclaré : «la situation était normale avant le commencement des travaux du tram, mais maintenant nous constatons au quotidien que l'eau que nous consommons ressemble aux eaux usées ».
Les responsables de la Lydec se sont défaussés de leurs responsabilités en signalant à un confrère de la place que « les puits fournissent 90% de l'eau potable de la région. Les 10% restants proviennent des châteaux d'eau traités régulièrement avant leur acheminement vers les robinets ».
Contacté par nos soins à plusieurs reprises, les standardistes de la Lydec nous ont raccrochés au nez.
Dans l'attente de voir les recherches entamées par la direction régionale de la santé déboucher sur des résultats, les habitants de Hay Mohammadi et de sa région n'auront d'autre choix que consommer l'eau mise en cause ou de se tourner vers des eaux minérales.

ZAKARIA AZRHAR (Stagiaire)
Vendredi 21 Septembre 2012

Lu 901 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs