Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des astronomes britanniques relancent la recherche SETI




Des astronomes britanniques relancent la recherche SETI
Essentiellement menés aux Etats-Unis, notamment à Berkeley, les programmes SETI (Search for ExtraTerrestrial Intelligence) consistent à “éplucher” les multiples signaux radioélectriques captés par nos radiotélescopes terrestres pour y déceler, parmi les innombrables ondes cosmiques naturelles, d’éventuels signaux d’apparence artificielle.
Pour promouvoir ce type de recherche dans leur pays, des universitaires de onze institutions britanniques ont créé un réseau, le UK Seti Research Network (UKSRN). La volonté est là. Mais quid du financement du projet ?
“Si nous avions 0,5 % de l’argent qui va dans l’astronomie...”
“Je l’ai présenté ainsi : si vous deviez demander à tous les gens qui sortent d’un film de science-fiction s’ils seraient heureux qu’une petite fraction des recettes fiscales de ce film soit utilisée pour tenter de déterminer si un peu de ce qu’ils viennent de voir est vrai, je suis sûr que la plupart diraient ‘oui’”, a déclaré Sir Martin Rees, astronome royal (titre honorifique) et patron du projet.
“Si nous avions (...) 0,5 % de l’argent qui va dans l’astronomie à l’heure actuelle, nous pourrions faire beaucoup”, estime quant à lui Alan Penny, de l’Université de St Andrews et coordinateur du projet.
Déjà, de 1998 à 2003, le radiotélescope de l’Observatoire de Jodrell Bank (nord de l’Angleterre) avait contribué aux recherches SETI californiennes. Désormais modernisé et relié à d’autres installations anglaises, cet observatoire, tout en conservant sa mission principale, pourrait dédier une partie de ses ressources, non utilisées, aux travaux du réseau UKSRN, “permettant ainsi de faire de la recherche SETI presque gratuitement”, fait remarquer Tim O’Brien, directeur adjoint de Jodrell Bank.
Le projet pourrait également utiliser le concept SETI@home, qui permet aux particuliers possédant un ordinateur de laisser les chercheurs utiliser la puissance de calcul de leur machine lorsque celle-ci est en veille. Mais pour obtenir des subventions, il reste tout de même à convaincre le Science & Technology Facilities Council (STFC), le principal bailleur de fonds de l’astronomie au Royaume-Uni, qui, dans la situation économique actuelle, n’est pas prodigue de ses dons.

Libé
Lundi 22 Juillet 2013

Lu 302 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs