Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des artistes saoudiens repoussent les limites de la création dans leur pays




Des artistes saoudiens repoussent les limites de la création dans leur pays
Des artistes repoussent les limites de la création en Arabie saoudite au moment où le royaume connaît des changements et cherche à promouvoir les activités culturelles, a indiqué à l'AFP l'un d'eux. Ce royaume ultraconservateur manque à la fois d'infrastructures pour les arts et de liberté d'expression pour permettre à ceux-ci de s'épanouir. Mais "tout change maintenant", affirme à l'AFP Ahmed Mater, 37 ans. "La vie change, les artistes repoussent de plus en plus les limites" de la création, ajoute-t-il en marge d'un forum de l'Unesco qui s'est achevé jeudi à Ryad. Dans le cadre d'un ambitieux programme de réformes économiques et sociales annoncé l'an dernier, l'Arabie Saoudite a annoncé la création d'un complexe royal des arts et d'une cité des médias. Une autorité du divertissement a déjà organisé des concerts, un premier Festival Comic-Con et diverses autres manifestations culturelles, malgré la résistance des milieux conservateurs.
En janvier, le mufti du royaume s'est insurgé contre la possible ouverture de salles de cinéma et la tenue de concerts, affirmant qu'elles seraient sources de "dépravation" car elles favorisent la mixité. L'Arabie Saoudite interdit les cinémas, bien que des projections privées aient lieu. De petites expositions d'art sont aussi organisées. Le wahhabisme interdit les peintures représentant des formes humaines et désapprouve la musique.
M. Mater dirige "un centre récréatif" à Jeddah, une ville sur la mer Rouge plus libérale que la capitale Ryad. L'an dernier, il a publié un essai photographique intitulé "Désert de Pharan" et consacré à La Mecque, ville sainte de l'islam qui connaît une rapide urbanisation.
L'ouvrage a été édité à l'échelle internationale et son auteur dit qu'il "devrait être approuvé bientôt" dans le royaume. En 2012, le Musée Victoria et Albert de Londres a exposé sa photo "Magnetism" qui rappelle une foule de fidèles tournant autour de la Kaaba.
"Créer un changement par l'art, c'est merveilleux", a dit M. Mater au forum, organisé en coopération avec la Fondation MiSK qui, selon lui, soutient les activités culturelles dans le royaume. MiSK a été créée par le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane, l'artisan des réformes en Arabie. "C'est vraiment le boom pour le mouvement artistique et culturel", a dit M. Mater. "Je pense que le moment est maintenant venu pour nous", a-t-il conclu.

Samedi 6 Mai 2017

Lu 162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs