Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des MRE et des étrangers arnaqués par des spéculateurs immobiliers à Saïdia




Saïdia, la perle de la Méditerranée, d’une population estimée à 20.000 habitants, accueille plus de 500.000 personnes en ces périodes estivales composées de  vacanciers nationaux, étrangers et MRE. Si la plage est devenue propre par rapport aux années précédentes, il n’en demeure pas moins que des problèmes persistent encore. A titre d’exemple, la société chargée du ramassage des ordures est incapable d’assainir régulièrement les rues et quartiers de la ville et ses environs. Ne voyant pas le passage des camions de ramassage, les estivants se permettent de jeter ces ordures sur les trottoirs ou dans la forêt proche favorisant ainsi le foisonnement de moustiques. Sans compter le manque de goudronnage de plusieurs rues et d’eau pour les estivants  habitant au 3ème étage de leur appartement.
A cela s’ajoute le non-respect des normes de construction par des sociétés immobilières. Au quartier Agdal, un promoteur s’est permis de construire un immeuble d’une longueur de cent mètres à quatre niveaux, dos à dos avec une ancienne habitation causant une séparation de trois mètres, laissant apparaître un large couloir  où se déposent quotidiennement des immondices au grand dam des voisins, en particulier ceux  de la cité Angad où  plusieurs MRE, Suisses et Belges, se sont acheté des appartements d’une valeur d’un million de DH environ, pas loin de la plage de Saïdia et proches de la Résidence Royale.
Le plan initial de ce quartier prévoit l’aménagement d’un espace vert avec un parking, un centre commercial, un restaurant, une piscine vu que la nappe phréatique permet facilement l’alimentation en eau pour les besoins de cet endroit, délaissé actuellement. Les immondices, les insectes, les chiens errants et le manque de lumière, inquiètent ces résidents et leurs enfants qui n’ont de cesse de se plaindre auprès des autorités locales et régionales, suite à la vente par l’association d’Angad de cet espace à un spéculateur immobilier. Cette opération a été annulée par la commune de Saïdia et reprise par ses propres acquéreurs qui, jusqu’à ce jour, n’ont pas encore pris l’initiative de procéder à l’aménagement du terrain en question.
«Depuis cinq ans nous  réclamons, durant notre séjour estival,  l’aménagement de cet espace vert pour que nos enfants puissent vivre avec nous dans des endroits sains pour notre santé», déplore Belhabib Mohamed MRE résidant en Suisse. Ajoutant que «malgré les pétitions adressées aux autorités locales et régionales par nos voisins nationaux et étrangers, pour l’aménagement de cet espace, aucune initiative dans ce sens, n’a été prise quant à l’exécution réelle de ces travaux conformément au plan qui nous a été remis par le promoteur immobilier. Nous nous sentons arnaqués par ce genre de spéculateur qui nous a vendu  des appartements faisant face à un paysage désolant, dépourvu de la moindre qualité de vie». 

A.D
Mardi 22 Septembre 2015

Lu 1473 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs