Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Déraillement du TGV espagnol

La justice s’interroge sur le système de freinage




Déraillement du TGV espagnol
L’enquête sur l’accident de train qui a fait 80 morts mercredi à Saint-Jacques de Compostelle, dans le nord-ouest de l’Espagne, se concentrait vendredi sur le conducteur et sur de possibles lacunes dans le système de freinage.
Le train, qui roulait beaucoup trop vite à l’entrée d’un courbe dangereuse, «a freiné trop tard», titrait vendredi le journal El Pais, l’enquête semblant s’orienter vers une possible insuffisance du système de freinage. Le train «roulait à grande vitesse sur un tronçon sans sécurité pour la grande vitesse», écrivait lui aussi El Mundo.
L’accident s’est produit mercredi à 20H42 (18H42 GMT) alors que le train venant de Madrid abordait un virage très serré, appelé A Grandeira, à environ quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques de Compostelle.
Le convoi, un train traditionnel, circulait à ce moment-là sur une ligne à grande vitesse, mais sur un tronçon où la vitesse est limitée à 80 kilomètres heure.
«Les systèmes d’alerte de la voie ferrée ont sauté en repérant que Francisco José Garzon Amo, le chauffeur du train Alvia, circulait à 190 kilomètres heure alors qu’il n’aurait pas dû dépasser les 80», écrivait vendredi El Pais, qui avait la veille révélé des extraits d’une conversation par radio entre le chauffeur et la gare juste avant et après l’accident.
Une brève vidéo diffusée jeudi par un média Internet a montré un train fou surgissant à grande vitesse sur la voie à l’entrée de la courbe, puis sortant des rails et se couchant sur le côté.
«L’alarme, comme l’a reconnu le conducteur lui-même, s’est allumée sur le tableau de bord et il a essayé de freiner, sans pouvoir empêcher la tragédie», ajoute le journal.
Le conducteur, âgé de 52 ans, travaille depuis 30 ans à la Renfe, la compagnie publique des chemins de fer espagnols, et depuis 2000 comme conducteur.
Légèrement blessé dans l’accident, l’homme a été placé sous surveillance policière à l’hôpital et doit être entendu par les enquêteurs.
«Je devais aller à 80 et je vais à 190», a lancé le chauffeur, selon l’enregistrement de cette liaison radio qui, selon El Pais, a été transmise au juge chargé de l’enquête.

Libé
Samedi 27 Juillet 2013

Lu 403 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs