Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Depuis 100 ans, Berlin danse avec l'Histoire au Clärchens Ballhaus




Depuis 100 ans, Berlin danse avec l'Histoire au Clärchens Ballhaus
Le Clärchens Ballhaus a survécu à deux guerres mondiales, aux espions communistes et à un tournage de Tarantino pour devenir, à 100 ans, un dancing de légende au coeur de la nuit berlinoise.
Le soir venu, devant sa façade lépreuse, des vieilles dames portant diadème et escarpins attendent de pouvoir rentrer aux côtés de jeunes noctambules branchés, jean serré, les visages éclairés par des guirlandes lumineuses et une boule à facettes.
"Chaque système politique a laissé son empreinte, tout le monde s'est retrouvé sur cette piste de danse de l'Histoire: sous le règne des empereurs, au temps des chanceliers ou des chefs du conseil (communiste) de la ville, que Berlin ait été divisée ou unie", écrit Marion Kiesow dans son livre publié pour le centenaire de l'institution: "Berlin danse au Clärchens Ballhaus".
Dans une ville secouée par tant de troubles, une cité qui n'a cessé de se réinventer, la permanence du lieu a quelque chose d'exceptionnel, souligne cette passionnée qui a déambulé de la cave au grenier pour dénicher lettres d'amour, photos jaunies et même des cartes militaires abandonnées là pendant la dernière guerre, pour raconter l'histoire unique de l'endroit.
A l'orée du XXe siècle, Berlin comptait environ 900 lieux similaires. Beaucoup n'ont pas survécu aux bombardements et, dans les années 70-80, les rescapés sont tombés en désuétude, les fêtards leur préférant les discothèques puis les clubs installés dans les friches industrielles de la ville.
Seules trois salles de bal de l'époque impériale subsistent encore dans le centre mais Clärchen, seule à proposer des soirées dansantes quasi-quotidiennes, tango, salsa comme pop et dance music, est considérée comme la plus authentique.
Le lieu a ouvert le 13 septembre 1913, sous le nom de Bühler, son premier propriétaire, avant de prendre celui de Clärchens, surnom de son épouse, Clara, une solide fille de fermier prussien qui fut l'une des premières Berlinoises à obtenir son permis de conduire. Le premier conflit mondial est mauvais pour les affaires et Clara décide de louer l'espace pour des duels au sabre, interdits mais très populaires parmi les étudiants. En parallèle, elle organise des bals pour les veuves de guerre.
Sous le Troisième Reich, les danses "non-germaniques" comme le tango sont proscrites mais la fête continue, attirant même les hauts gradés nazis. Pendant la guerre cependant, le ministre de la propagande Joseph Goebbels interdit provisoirement les bals et Clärchen ferme en 1944.
La salle située à Berlin-Est devient, au temps de la RDA, une sorte de boui-boui réputé jusqu'à l'Ouest pour ses "filles faciles" et sa bière bon marché, qui séduit soldats bagarreurs, ouvriers et représentants de commerce.
La présence d'Allemands de l'Ouest lui vaut également de devenir un repaire d'informateurs de la Stasi et de prostituées pas trop portées sur la discrétion. En 1967, Clara passe la main et c'est sa belle-fille Elfriede Wolff qui tiendra la maison jusqu'à la chute du Mur en 1989. Le quartier bouge alors, boutiques et galeries d'art fleurissent mais le Clärchen, repris en 2005 par deux hommes de théâtre, David Regehr et Christian Schulz, reste dans son jus.
Seule nouveauté: la réouverture de la "salle aux miroirs" du 1er étage, inaccessible depuis la guerre. Les miroirs, qui ont depuis longtemps perdu leur éclat, ornent des murs olive défraîchis, décorés de lourdes moulures dorées.
L'authenticité du lieu attire les cinéastes: Tarantino l'utilise dans "Inglourious Basterds" et certaines scènes de "Walkyrie" avec Tom Cruise y sont tournées. Ulrich Linser, 58 ans, originaire du nord de l'Allemagne, est un habitué, il y emmène Beate, sa femme, à chaque fois qu'ils viennent à Berlin voir leur fils. "C'est très international ici, on y parle espagnol ou anglais et il y a aussi un vrai mélange des générations", souligne-t-il.
"On se sent comme dans Harry Potter avec l'impression que des fantômes rigolent et valsent avec nous", sourit Lotta Weigl, 39 ans, qui y donne des cours de danse. "Ce que je préfère, c'est l'esprit du lieu. C'est un bout de tradition berlinoise, qui nous parle de ce qui résiste au temps", dit-elle.

AFP
Mercredi 28 Août 2013

Lu 484 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs