Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Déposée par le maire d’Antanarivo

Demande de destitution du président malgache




Le maire d’Antananarivo Andry Rajoelina a annoncé hier devant plusieurs milliers de partisans qu’il allait déposer dans l’après-midi une demande de destitution du président de Madagascar Marc Ravalomanana.  “Cet après-midi, je vais remettre à la Haute Cour constitutionnelle (HCC) la demande officielle pour la déchéance du président”, a affirmé Andry Rajoelina à la faveur d’un nouveau rassemblement organisé sur la place du 13 Mai, au cœur de la capitale malgache. “Nous allons suivre les procédures et nous allons attendre la déclaration de la Haute Cour constitutionnelle, de l’Assemblée nationale et du Sénat”, a-t-il ajouté, appelant la communauté internationale à ne “pas se rendre complice d’un régime qui a bafoué la Constitution”. Le maire frondeur d’Antananarivo a également assuré qu’il était “en train de mettre en place la structure de la transition” et qu’il allait faire une tournée en province “dans quelques jours”. Plus de 5.000 partisans et curieux, une affluence bien en deçà de celle du précédent rassemblement samedi, ont écouté hier le discours du maire avant de se disperser dans le calme. Aucun dispositif sécuritaire, hormis le service d’ordre du maire, n’était visible sur et aux abords de la place.
Rappelons que le maire d’Antananarivo, engagé dans bras de fer contre le président Marc Ravalomanana, s’était “proclamé” samedi en charge de la gestion de Madagascar devant ses partisans rassemblés dans la capitale.
“Puisque le président et le gouvernement n’ont pas pris leurs responsabilités, je proclame que je vais gérer toutes les affaires nationales à partir d’aujourd’hui”, avait lancé le maire à plusieurs dizaines de milliers de ses partisans rassemblés à son appel sur la place du 13 Mai, dans le centre de la ville. “Une demande pour le départ immédiat du président sera déposée prochainement au Parlement afin de suivre la procédure légale”, avait-il ajouté, protégé à la tribune par plusieurs gardes du corps. Au début de la manifestation, des jeunes manifestants avaient jeté des pierres sur gendarmes équipés de tenues antiémeutes, provoquant leur départ précipité.
Aucun autre incident n’avait été signalé en début d’après-midi, alors les partisans du maire ont commencé à se disperser rapidement après la fin du discours.
M. Rajoelina a des rapports tendus avec le régime depuis son élection à la mairie en décembre 2007 comme candidat indépendant face au candidat du parti présidentiel.
Le bras de fer s’est nettement durci avec la fermeture par le gouvernement le 13 décembre de sa télévision, Viva, qui avait diffusé une interview de l’ex-président en exil Didier Ratsiraka.
Le 23 janvier, il avait qualifié le régime de “dictature” et a appelé à des rassemblements de protestation dans la capitale.

AFP
Mardi 3 Février 2009

Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs