Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Déploiement d’Al-Qaïda dans une localité du sud-est du Yémen

La coalition saoudienne dit regretter les pertes civiles




Déploiement d’Al-Qaïda  dans une localité du sud-est du Yémen
Des combattants d'Al-Qaïda au Yémen, profitant de la poursuite du conflit dans ce pays, se sont déployés sans résistance dans une localité de la province de Chabwa (sud-est), ont indiqué lundi un responsable local et des chefs tribaux.
 Ces hommes armés ont érigé des points de contrôle dans et autour de la localité d'Azzan qui se trouve sur une route reliant la ville d'Ataq, capitale de Chabwa, à celle de Moukalla, capitale de la vaste province du Hadramout aux mains d'Al-Qaïda depuis avril dernier.
 Ils ont planté la bannière d'Al-Qaïda sur leurs barrages et pris position dans des bâtiments publics, selon ces sources.
 "L'Etat est absent et il n'est pas étonnant que ce vide soit comblé par Al-Qaïda", a commenté un responsable local sous le couvert de l'anonymat.
 Selon des chefs tribaux, la plupart des combattants qui se sont déployés à Azzan sont originaire de la localité.
 Al-Qaïda est traditionnellement bien implanté dans le sud et le sud-est du Yémen. L'organisation a profité de la contestation contre le régime de l'ancien président Ali Abdallah Saleh pour s'y renforcer après 2011.
 Le conflit opposant le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi aux rebelles chiites houthis qui dure depuis mars 2015 lui a également servi pour se renforcer davantage dans le sud et le sud-est du pays.
 Les combattants d'Al-Qaïda contrôlent depuis avril dernier Moukalla, importante ville portuaire, et agissent presque à visage découvert à Aden, ville du sud déclarée "capitale provisoire du Yémen" par les partisans de M. Hadi.
 Al-Qaïda est toutefois de plus en plus concurrencé par le groupe Etat islamique (EI) qui a revendiqué ces derniers mois plusieurs attentats spectaculaires à Aden.
Dans cette ville, la deuxième du Yémen, des jihadistes multiplient les attaques contre les responsables des services de sécurité et des membres de l'administration du président Hadi qui réside à Aden, tout comme le vice-président et chef du gouvernement Khaled Bahah.
Par ailleurs, la coalition mise sur pied par l'arabie Saoudite pour combattre les miliciens chiites houthis au Yémen a regretté dimanche les pertes civiles causées par ses frappes et a promis de faire le nécessaire pour les éviter, avec l'aide d'experts américains et britanniques.
 Ses dirigeants "regrettent les pertes civiles non intentionnelles survenues au Yémen", dit-elle sur Twitter. "Des experts des Etats-Unis (...) vont travailler sur des rapports exhaustifs et développer des mécanismes opérationnels avec la partie britannique", a par ailleurs annoncé le général Ahmed Asseri, porte-parole de la coalition, s'adressant à la presse à Riyad. Les experts en question se sont selon lui réunis récemment au siège de la coalition.
 Dans son rapport annuel au Conseil de sécurité, le Comité des sanctions de l'Onu cite 119 sorties aériennes ayant donné lieu à des "violations du droit humanitaire international" et juge que certains de ses raids pourraient relever du crime contre l'humanité.

Mardi 2 Février 2016

Lu 279 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs