Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dépassée par le flux des migrants, la Slovénie fait appel à l'armée et à l'UE

Le petit pays de deux millions d'habitants fait les frais de la fermeture des frontières par la Hongrie




La Slovénie, "dépassée" par le flux de migrants arrivant depuis la Croatie dans ce petit pays depuis samedi, a annoncé vouloir recourir à l'armée et faire appel à la "solidarité européenne" pour faire face au phénomène.
"Le flux de migrants ces trois derniers jours dépasse toutes nos capacités", a indiqué le gouvernement dans un communiqué à la suite d'une réunion d'urgence dans la nuit.
"La Slovénie appelle les Etats et les institutions de l'UE à se mobiliser activement pour répondre à ce poids disproportionné pour notre Etat. Pour la Slovénie, la solidarité européenne est mise à l'épreuve", précise par ailleurs le gouvernement.
Une loi va être présentée au Parlement pour étendre de façon exceptionnelle les pouvoirs d'intervention de l'armée, actuellement limités à une assistance logistique, a annoncé Ljubljana.
La Slovénie, un petit pays de deux millions d'habitants, a indiqué que plus de 8.000 migrants étaient entrés sur son territoire pour la seule journée de lundi depuis la Croatie, traversant pour un grand nombre d'entre eux "la frontière verte" à travers la nature plutôt que les passages officiels.
Dans le même temps, seuls 2.000 ont pu continuer leur route lundi vers l'Autriche, selon Ljubljana, qui a accusé ce pays de ne laisser entrer qu'un nombre limité de migrants, ce que Vienne a démenti. La police autrichienne a, par ailleurs, fait état mardi de 4.280 arrivées lundi depuis la Slovénie, soit plus du double du chiffre avancé par Ljubljana.
Face à cette situation, le gouvernement slovène a annoncé mardi vouloir présenter au Parlement un amendement à sa loi de Défense, afin d'étendre les compétences de l'armée à titre exceptionnel. "Cet amendement permettra de confier aux soldats des tâches supplémentaires, dans des circonstances très particulières et avec l'accord du Parlement", précise le communiqué.
Le Premier ministre centriste, Miro Cerar, assure que "cela ne signifie pas un état d'urgence". La Slovénie se doit cependant de réagir alors que la Croatie "refuse de collaborer" pour gérer la crise migratoire, a-t-il dit à des journalistes.
"Il est illusoire d'attendre d'un pays de deux millions d'habitants qu'il puisse arrêter, gérer et résoudre ce que des pays beaucoup plus grands n'ont pas réussi à faire", indique le communiqué gouvernemental.
Le flux de migrants s'est redirigé vers la Slovénie samedi, après que la Hongrie, principal pays de transit jusque-là, a fermé sa frontière aux réfugiés dans la nuit.

Mercredi 21 Octobre 2015

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs