Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Démantèlement d’une nouvelle cellule terroriste dans le préside occupé de Mellilia

Chargée de recruter et d’envoyer des jihadistes vers le Mali et la Syrie




Démantèlement d’une nouvelle cellule terroriste dans le préside occupé de Mellilia
Les forces de police espagnoles ont démantelé, ce vendredi au préside occupé de Mellilia, une cellule terroriste chargée de recruter puis d'envoyer des combattants jihadistes au Mali et en Libye et procédé à l’arrestation de plusieurs mis en cause.
«Parmi les personnes arrêtées se trouverait le premier jihadiste espagnol revenu du conflit au Mali après avoir fait ses premières armes dans les camps d'entraînement du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest (Mujao) », un des groupes islamistes armés alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon le communiqué du ministère rendu public par l’AFP.
Il s’agit, selon le journal « El Pais » de Mustapha Allal Mohamed, Benaissa Laghmouchi Baghdadi, Kamal Mohamed Tris, Fouad Haddu Abdelkader, Rachid Abdel Nahet Hamed, Mohamed Mohamed Benali, Mustapha Zizaouimohan et le plus jeune des détenus, Aissa M. M. D’après l’AFP, c'est la deuxième opération du genre en quelques mois. Le 14 mars dernier, les polices espagnole et marocaine avaient démantelé une cellule qui envoyait des combattants en Syrie, au Mali et en Libye. Sept personnes avaient été arrêtées, dont deux Français.
En avril 2013, la police espagnole avait également arrêté deux personnes présumées avoir été en relation avec le groupe terroriste Al-Qaida, et ce lors d’une opération policière menée en  collaboration avec les services sécuritaires marocains et français. Il s’agissait de Hassan El Jaaouani, un ressortissant d’origine marocaine qui a été arrêté à Murcie au sud-est de l’Espagne, et de Nou Mediouni, originaire d’Algérie qui a été arrêté à Saragosse au nord du pays.
Le 11 avril de la même année, la police catalane avait mis sous les verrous Redouane B, d’origine marocaine et âgé de 23 ans. Il est accusé de « distribuer ou diffuser publiquement des messages et des slogans afin de provoquer ou de faciliter la perpétration d'actes terroristes ».
A la mi-décembre dernier, l’Institut El Cano dépendant du ministère de l’Extérieur espagnol, avait révélé que 17 jihadistes vivant en majorité dans le préside occupé de Sebta, s’étaient rendus en  Syrie pour combattre le régime de Bachar Al-Assad. 
Le rapport de l’Institut intitulé « Jihadistes en Syrie procédant de l’Espagne : faits et chiffres », et qui se base sur des informations recueillies de sources sécuritaires, du Centre de coordination antiterroriste et des juges de l’Audience nationale, a précisé qu’il s’agissait de 11 citoyens espagnols et de six Marocains résidant en Espagne.
Selon le même rapport, tous ces jihadistes sont âgés de 16 à 49 ans (mais la majorité ont entre 20 et 30 ans). Dans la plupart des cas, ils sont mariés (sauf 3 ou 4 cas) et n’ont pas suivi une quelconque trajectoire jihadiste signifiante avant leur départ en Syrie.
 Les 17 jihadistes qui sont partis de l’Espagne vers la Syrie ont été incorporés au sein des trois organisations terroristes que sont le Front Al-Nosra, l'Etat islamique en Irak et au Levant et Harakat Sham Al-Islam.
Par ailleurs, la Chambre criminelle de première instance chargée des affaires de terrorisme à l’annexe de la Cour d’appel de Salé vient de condamner Mustapha El Kadaoui à 20 ans de prison ferme assortis d’une amende de 500.000 DH, pour «constitution d’une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à porter atteinte à l’ordre public, financement du terrorisme en utilisant des fonds pour commettre un acte terroriste, incitation d’autrui à commettre un crime terroriste, appartenance à un groupe religieux interdit et tenue de réunions sans autorisation», a rapporté la MAP.
En outre, le tribunal a condamné six accusés à cinq ans de prison ferme, et sept autres à trois ans de prison ferme, tandis que 12 mis en examen, dont cinq poursuivis en état de liberté provisoire, ont écopé d’une peine de deux ans ferme chacun. 
Selon la même source, une seule personne a été acquittée. 


Mourad Tabet
Samedi 31 Mai 2014

Lu 1015 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs