Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Démantèlement d'une cellule terroriste à Fnideq

Liée à Daech en Syrie et en Irak




Démantèlement d'une cellule terroriste à Fnideq
La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a procédé au démantèlement d'une cellule terroriste s'activant à Fnideq, composée de trois membres qui ont annoncé leur allégeance au chef à l'organisation de «l'Etat islamique» (EI) en Syrie et en Irak, indique mardi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
L'opération de démantèlement de cette cellule, qui s'inscrit dans le cadre des opérations proactives pour faire face aux menaces terroristes, a été menée sur la base des investigations minutieuses de la Direction générale de la surveillance du territoire national, ajoute le ministère.
Ces investigations ont révélé que les mis en cause entretenaient des liens étroits avec la cellule terroriste démantelée en août dernier dans le Nord du Royaume et à Fès, spécialisée dans le recrutement de combattants pour rallier ''l'Etat islamique» et dont les membres faisaient l'apologie du terrorisme et des actes barbares commis par les combattants de l'organisation terroriste précitée.
L'un des membres de cette cellule terroriste avait recruté et envoyé son frère pour rejoindre l'EI, où il a trouvé la mort fin 2014, précise la même source.
Les mis en cause seront déférés devant la justice dès l'achèvement de l'enquête menée sous la supervision du Parquet général compétent, conclut le communiqué.
Rabat, rappelle-t-on, a renforcé ses mesures de sécurité au cours du second semestre 2014, après avoir fait état d'une «menace terroriste sérieuse», et les démantèlements de cellules se sont accélérées.
A la mi-décembre, au terme d'une opération conjointe avec Madrid, sept personnes ont ainsi été arrêtées en Espagne et au Maroc dans le cadre d'une enquête sur le recrutement de femmes devant être envoyées en Syrie et en Irak.
Quelque 1.500 à 2.000 Marocains ont récemment rejoint des groupes comme l'EI, selon des chiffres officiels, et les autorités marocaines craignent en particulier leur retour dans le Royaume, où ils sont susceptibles de perpétrer des attaques.
En septembre dernier, la législation antiterroriste a été complétée et plus d'une trentaine de condamnations ont été prononcées depuis, la plupart à des peines de deux à cinq ans de prison ferme.

MAP, AFP
Mercredi 14 Janvier 2015

Lu 2941 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs