Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Délabrement du tribunal de première instance d’Essaouira : Le Syndicat démocratique de la justice s’indigne




Délabrement du tribunal de première instance d’Essaouira : Le Syndicat démocratique de la justice s’indigne
Le bureau local du Syndicat démocratique de la justice affilié à la Fédération démocratique du travail vient de diffuser un communiqué dans lequel il dénonce les méthodes usitées par le chef du greffe du tribunal de première instance à Essaouira. Ce dernier aurait  prononcé un discours peu amène à l’égard des greffiers lors d’une réunion censée fédérer les synergies conformément aux nouvelles méthodes de travail.
Le SDJ qui se dit scandalisé par cette attitude, dénonce par la même occasion le non-respect des échéances fixées auparavant pour la solution définitive du problème de la décrépitude des locaux du tribunal. A cet effet, le bureau local du SDJ à Essaouira    appelle à des mesures concrètes à même de garantir de bonnes conditions de travail aux fonctionnaires de la justice, tout en annonçant la reprise de son programme d’action à la rentrée judiciaire.
Il convient de rappeler que le siège du tribunal de première instance n’a cessé, ces derniers temps, de susciter colère et indignation   dans le milieu des professionnels et des usagers. Le bureau local du SDJ avait, au début de cette année, mis le doigt sur l'état catastrophique du bâtiment du tribunal qualifié de source d'humiliation et d'atteinte à la dignité de la justice, des fonctionnaires ainsi que des usagers.
Le bureau local du SDJ s’est dit   consterné par la politique de la sourde oreille suivie par les services chargés du dossier. Il a appelé à une série d’actions revendicatives tout en exhortant ses membres à rester mobilisés pour faire réussir la série de grèves et de sit-in qu’il avait programmés chaque lundi et mardi matin.  Des salles délabrées, des passages en ruine, des locaux en piteux état et des promesses qui n’ont jamais été tenues, la situation demeure tout simplement catastrophique. L’état du bâtiment continue donc à susciter l’indignation des fonctionnaires, toutes catégories confondues,  des avocats et des justiciables  et la levée de boucliers du SDJ.

Abdelali Khallad
Mardi 14 Août 2012

Lu 420 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs