Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Défiant la Cour pénale internationale : Omar el Bachir se rend en Lybie




Défiant la Cour pénale internationale  : Omar el Bachir se rend en Lybie
Le président soudanais Omar Hassan el Bachir a défié la Cour pénale internationale en se rendant en Libye, pour y rencontrer Mouammar Kadhafi.
Depuis que la CPI a lancé le 4 mars un mandat d'arrêt international contre lui pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, le Président soudanais a effectué trois déplacements à l'étranger. Il s'est rendu en Erythrée, en Egypte puis en Libye.
Selon l'agence de presse Jana, el Bachir a été accueilli à l'aéroport de Syrte, ville natale du Guide située à un demi-millier de km à l'est de Tripoli, par le Premier ministre libyen, Al Bagdadi al Mahmoudi.
Le visiteur soudanais, accompagné des ministres des Affaires étrangères et de l'Industrie, a rencontré Kadhafi au moment du déjeuner et l'a remercié pour son soutien ferme, ajoute Jana.
Les deux dirigeants ont abordé les questions de la situation humanitaire au Darfour et des relations difficiles entre le Soudan et son voisin tchadien.
Le colonel Kadhafi a insisté, a précisé l'agence, sur son rejet "des décisions de la soi-disant Cour pénale internationale".
L'ambassadeur libyen à l'ONU Abdurrahman Moh-amed Shalgham, actuel président du Conseil de sécurité, a, nénnmoins, demandé "que le gouvernement du Soudan continue de coopérer avec toutes les organisations humanitaires, spécialement alors que la saison des pluies s'avance vers nous".
L'ambassadeur libyen a également indiqué que les membres du Conseil de sécurité, lors d'une réunion à huis clos, s'étaient entendus "sur l'importance de poursuivre la distribution de l'aide alimentaire à toutes les personnes qui en ont besoin au Darfour".
Par ailleurs, ils "exhortent le gouvernement du Soudan à continuer à coopérer avec les Nations unies et les organisations humanitaires, et l'appellent à reconsidérer sa décision de suspendre les activités de certaines organisations non-gouvernementales au Soudan", a-t-il ajouté. Peu après l'émission du mandat d'arrêt de la CPI le 4 mars, Omar el-Béchir avait expulsé 13 organisations humanitaires internationales, et trois locales qui venaient en aide aux populations touchées par les violences au Darfour, dans l'ouest du Soudan.

AP
Samedi 28 Mars 2009

Lu 301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs