Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Défections en masse au sein des islamistes du PJD

A Salé, Tétouan, Nador, Ouarzazate, Chichaoua, Berchid, on réagit aux scandales et aux candidatures




Coup dur pour les «frères» de Abdelilah Benkirane. Les scandales successifs ayant ponctué la vie du parti des islamistes n’ont pas tardé à produire les effets de «gaffes». A Salé, Nador, Kénitra, Chichaoua et surtout Tétouan, les défections se comptent par dizaines dans chaque ville. Les démissionnaires ne sont pas de simples calibres. Ce sont des cadres mécontents de la manière dont le parti gère la phase préélectorale, notamment les candidatures aux prochaines législatives du 7 octobre 2016. Et ce n’est pas tout. La série de scandales continue de plus belle.
D’abord, la direction du parti n’a pipé mot sur l’affaire du trafic de drogue, l’ayant éclaboussée, préférant jouer au secret de polichinelle. Le comble, personne parmi les dirigeants, pourtant très bavards aux micros des médias, n’a osé commenter  la scène d’Al Mansouria, où deux prédicateurs se sont retrouvés en pleins ébats amoureux. A cause de ce comportement, des adhérents sont dégoûtés et prêts à quitter le navire chavirant du PJD, tellement déçus par l’hypocrisie des dirigeants  et leur discours pseudo-vertueux.
Revenons à la question de démocratie interne dont se vantait le parti et ses relais médiatiques connus et occultes. Des dizaines de membres du PJD ont présenté récemment leurs démissions du parti, en guise de protestation contre le choix « impertinent » de certaines personnes comme têtes de liste, sans avoir de crédit militant sur le terrain ou encore en opposition avec leur choix au niveau provincial. A Tétouan, l’exemple est flagrant, puisque le classement des candidats était fait suite à un vote des militants de base. Le candidat choisi par le parti au niveau provincial n’était autre que leur secrétaire Adel Bennouna, mais la direction, et en particulier le secrétaire général, allait inverser la balance, sans explication aucune. Ami intime de Abdelilah Benkirane, l’actuel président du Conseil de la ville a été parachuté en tant que candidat. Résultat : des défections en masse, et notamment celle d’un grand calibre, l’homme d’affaires Chakib Chaoudri.
Ce n’est qu’un échantillon d’une situation qui prévaut dans la majeure partie des provinces où la voix des adhérents de base a été foulée aux pieds d’une direction, au grand dam d’une démocratie interne meurtrie. En effet, à Ouarzazate, Nador, Chichaoua, Kénitra ou encore à Salé, l’on a pu s’arrêter sur les détails d’un « modèle » d’islamistes présentés, par les voies d’un marketing politique, comme «pondérés» ou « modérés ». Seulement, il y a eu ce retour aux origines, avec l’idée de recourir à des prédicateurs excommunicateurs connus pour sévir contre la démocratie, comme c’est le cas de Marrakech. Chasser le naturel, il revient au galop !  
 

Nouri Zyad
Vendredi 2 Septembre 2016

Lu 1517 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs