Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dédié à la jeunesse arabe : «Young arab voices» lance son programme au Maroc




Dédié à la jeunesse arabe : «Young arab voices» lance son programme au Maroc
Le programme «Young arab voices», qui vise à promouvoir la voix de la jeunesse arabe «dans le cadre d’un dialogue démocratique», a donné le coup d’envoi lundi à Rabat de la deuxième phase de son projet, qui s’élargit en 2012 au Maroc ainsi qu’à l’Algérie et à la Libye.
Lancé en 2011 dans le contexte du Printemps arabe en Egypte, Tunisie et Jordanie, ce programme destiné à «donner plus de poids aux voix de la jeunesse et à lui fournir une tribune pour y être entendue» est soutenu par l’Union européenne, la Grande-Bretagne et la Fondation Anna Lindh, entre autres.
Après être parvenu à mobiliser «plus de 35.000 jeunes» en 2011, «Young arab voices» souhaite notamment, pour 2012, «permettre à 6.000 Marocains d’échanger librement sur les thèmes de leurs choix», a expliqué à l’AFP une organisatrice, Sarah Zaaimi, de la Fondation Anna Lindh, institution créée en 2005 et qui regroupe les 43 membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM).
L’idée «est de développer la capacité de la jeunesse à débattre, lui offrir des espaces, des opportunités pour cela», a-t-elle ajouté. «Ce qui marche vraiment, c’est qu’il s’agit d’un projet simple. C’est un service qu’on met à la disposition» des jeunes, a-t-elle encore souligné.
Pour cela, des représentants de la société civile, des ONG, des centres culturels ou universitaires ont été sollicités et, s’agissant du Maroc, cinq centres ont été établis à travers le pays. Ils ont pour mission d’organiser «entre 10 et 50 débats» en un an.
Les jeunes des différents pays concernés devraient ensuite se retrouver l’an prochain à Marseille (sud de la France) par le biais d’un Forum.
Lundi, le coup d’envoi a été donné à Rabat en présence du ministre marocain de la Jeunesse, Mohamed Ouzzine, du conseiller spécial du Roi, André Azoulay, du chef de la délégation de la Commission européenne, Eneko Landaburu, et du directeur du British council, Martin Rose.
Après une prise de parole, ces responsables ont échangé pendant près d’une heure avec six jeunes issus des pays arabes participant au programme.
Celui-ci a vocation, l’an prochain, à s’étendre «à l’Irak, la Syrie et la Palestine», selon Sarah Zaaimi.

AFP
Samedi 15 Septembre 2012

Lu 337 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs