Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Découverte de deux statues exceptionnelles sur le site d’Ermant en Egypte




Découverte de deux statues exceptionnelles sur le site d’Ermant en Egypte
Le site d’Ermant, situé dans la région de Thèbes, à quelques kilomètres au sud de Louqsor, est depuis 2004 régulièrement l’objet de fouilles archéologiques. Actuellement, les archéologues de l’Institut français d’archéologie orientale, du Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak (CFEETK) et du laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes s’intéressent au temple  principal consacré au dieu Montou-Rê.
C’est à cet endroit que les scientifiques ont découvert deux statues de dignitaires égyptiens : Nebamon, un scribe et médecin de pharaon, et Ramose, premier grand prêtre de Montou d’Ermant et contemporain de Ramsès II. Ces deux statues mesurent respectivement 93 et 68,5 cm de haut. La première est en calcaire et l’autre en granodiorite. Les blocs de pierre, finement sculptés et recouverts de hiéroglyphes, constituent des oeuvres exceptionnelles et atypiques par leur état de conservation, leurs textes hiéroglyphiques et leur iconographie, souligne le CNRS dans un communiqué.
Grâce aux inscriptions, les chercheurs ont pu connaître aussi bien les noms que les fonctions des personnes représentées, ce qui en fait des oeuvres d’une grande originalité. Nebamon est accompagné par plusieurs membres de sa famille. Il porte sur ses genoux une statue assise du dieu Montou, dieu protecteur des pharaons (représenté comme un homme à tête de faucon, coiffé de deux grandes plumes, d’un disque solaire et de deux cobras protecteurs).
Ce scribe était déjà connu en raison de la découverte d’une autre de ses statues, à Ermant, en 1980 au cours de fouilles menées par le Service des antiquités d’Egypte. Quant à Ramose, il est représenté exposant sur une table d’offrandes deux têtes de faucon, personnifiant le dieu Montou. Cette représentation double du dieu est unique et aucune autre statue de ce type n’a jamais été retrouvée, précise le CNRS.
Sur le même site, les archéologues ont également découvert un fragment de paroi en calcaire (160 x 130 x 40 cm) provenant d’un temple datant du Moyen Empire (2000 ans avant JC). Ce bloc de pierre représente le dieu de la mort Anubis (dieu à tête de chacal) tenant le dieu Montou-Rê par la main. Il date du règne d’Amenemhat 1er, vers 1990 avant JC mais les égyptologues en apprendront davantage après avoir étudié en détail les hiéroglyphes. Néanmoins, les trouvailles ne s’arrêtent pas là.
 Cinq têtes de pharaons d’environ 70 cm et sculptées dans la pierre et le grès ont également été découvertes lors des travaux menés dans les fondations de la partie avant (ou pronaos) du temple de Montou-Rê. Le pharaon porte la double-couronne de Haute et Basse Egypte et est particulièrement bien conservé puisqu’on retrouve des pigments bleus (pour la barbe) et rouges (pour la chair et une partie de la coiffe).
D’après les chercheurs, il s’agirait d’une œuvre remontant au Moyen Empire même si des études complémentaires seront nécessaires pour s’en assurer.

Libé
Lundi 2 Décembre 2013

Lu 404 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs