Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décès du socialiste-réformiste Michel Rocard


Celui qui se qualifiait de "social-démocrate de dialogue", entendait incarner une vision rénovée de la gauche, portée par une forte exigence morale



L'ancien Premier ministre français avait instauré un Revenu minimum pour les personnes sans ressources

Michel Rocard, un socialiste réformiste qui fut à la tête du gouvernement français pendant trois ans (1988-1991) sous la présidence de François Mitterrand, est mort samedi après-midi à 85 ans dans un hôpital parisien, a annoncé à l'AFP son fils Francis.
Il avait pris ses fonctions de Premier ministre dans la foulée de la réélection de François Mitterrand, juste après une période dite de "cohabitation" pendant laquelle le président socialiste avait perdu la majorité absolue au Parlement, Jacques Chirac (droite) dirigeant alors le gouvernement (entre 1986 et 1988).
Michel Rocard, qui se qualifiait de "social-démocrate de dialogue", entendait incarner une vision rénovée de la gauche, portée par une forte exigence morale. Il a notamment signé les Accords de Matignon, qui ont mis fin à des troubles en Nouvelle-Calédonie et accordé le droit à l'autodétermination à ce territoire français du Pacifique. Il a aussi instauré un Revenu minimum pour les personnes sans ressources.
Celui qui, selon ses amis, fut le premier à gauche à introduire la notion de rigueur financière voulait incarner une vision rénovée de ce courant politique, portée par une forte exigence morale et la prise en compte des "contraintes de l'économie mondialisée" sans "renoncer aux ambitions sociales".
Le président français François Hollande a rendu hommage à "une grande figure de la République" incarnant un socialisme conciliant "utopie et modernité".
Le Premier ministre Manuel Valls, un socialiste issu de la même mouvance politique que Michel Rocard, a jugé que l'homme qui était à l'origine de son engagement politique incarnait "la modernisation de la gauche et l'exigence de dire la vérité". Toujours "fier" d'être "rocardien", M. Valls s'est dit "un peu orphelin".
A droite, l'ancien président Nicolas Sarkozy, chef du parti Les Républicains, a salué le refus du sectarisme et le "sens de l'Etat" de Michel Rocard, auquel il avait confié une mission lorsqu'il était au pouvoir.
L'ancien Premier ministre conservateur Alain Juppé a lui aussi rendu hommage au disparu, relevant "esprit agile, culture historique, goût du débat sans concessions mais sans sectarisme".
Un hommage national aura lieu à une date encore indéterminée.
Dans un entretien publié la semaine dernière par l'hebdomadaire Le Point, Michel Rocard fustigeait la gauche française, "la plus rétrograde d'Europe" à ses yeux, et jugeait que "les droits des citoyens ne se résument pas aux +acquis sociaux+".
Né en août 1930 près de Paris, Michel Rocard, un fervent partisan de la construction européenne, était diplômé de l'ENA, la grande école qui forme l'élite politique en France.
Hostile à la guerre d'Algérie, il a été à la tête de 1967 à 1973 du Parti socialiste unifié (PSU), "laboratoire d'idées" pour la gauche. Candidat à l'élection présidentielle de 1969, il n'avait recueilli que 3,6% des suffrages.
Il a rejoint le Parti socialiste en 1974, trois ans après sa fondation. Mais Michel Rocard a défié François Mitterrand (élu chef de l'Etat en 1981) auquel il a reproché son "archaïsme", et la concurrence sans merci entre ces deux hommes a abouti à une cohabitation conflictuelle quand il a été Premier ministre. Ce qui lui a valu d'être "viré" trois ans plus tard, selon son expression.
De petite taille - moins d'1m70 -, il donnait une image de fragilité, démentie par beaucoup d'énergie et de pugnacité. S'il a failli périr en 2007 après une hémorragie cérébrale en Inde, cinq ans plus tard, alors ambassadeur de la France pour les régions polaires, il a été le premier octogénaire à se rendre aux deux pôles géographiques du globe.
Adepte d'un socialisme réformiste, Michel Rocard, mort samedi à 85 ans, a vécu une tumultueuse carrière politique qui l'a laissé loin de son rêve, la présidence française, où ira son grand rival François Mitterrand dont il fut Premier ministre de 1988 à 1991.
Porte-drapeau du "parler-vrai" et détestant familiarité et clientélisme il avait inscrit son parcours en parallèle, puis en opposition, à François Mitterrand, à tel point qu'on a parlé entre eux de "haine tranquille": "Le mépris profond que je porte à son absence d'éthique est compatible avec l'admiration totale que j'ai pour sa puissance tactique", disait Michel Rocard.
Il a été longtemps structuré par l'inébranlable conviction d'être un jour président. Mais François Mitterrand, et ses maladresses, l'en ont empêché.
C'était un formidable pédagogue, entre emphase et bonhomie, langage techno et vocabulaire relâché, qui rendait intelligents ceux qui l'écoutaient même s'il fallait s'accrocher pour suivre ses raisonnements.
Sa personnalité s'est formée à partir de la rigueur paternelle, un des savants à l'origine de la bombe atomique française, le protestantisme (par sa mère), le choc de la barbarie nazie (quand, scout, il accueillait les rescapés des camps), le travail à l'usine pendant deux ans : "Vous secouez tout ça et vous avez un socialiste !".

Libé
Lundi 4 Juillet 2016

Lu 694 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs