Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décès de Claude Nobs, fondateur du Montreux Jazz Festival


« Il laisse
le souvenir
d’un homme
enthousiaste, passionné de musique »



Décès de Claude Nobs, fondateur du Montreux Jazz Festival
Claude Nobs, fondateur du Montreux Jazz Festival, est décédé jeudi soir à l’hôpital de Lausanne, à l’âge de 76 ans, a annoncé le site Internet du Festival. Claude Nobs était dans le coma à l’hôpital de Lausanne, suite à une chute lors d’une sortie en skis de fond sur les piste de Caux, un village au-dessus de Montreux, survenu pendant les fêtes de fin d’année.

 L’accident s’était produit le 24 décembre, tout près de son domicile. Après sa chute, Claude Nobs s’est relevé et est rentré chez lui. Victime d’un malaise quelques heures plus tard, il a dû être transporté par hélicoptère à l’hôpital de Lausanne. Le Suisse a ensuite été opéré, et est tombé dans le coma.
L’équipe du Montreux Jazz rend un émouvant hommage à cet homme au regard étonné et malicieux, cerclé de lunettes, dans un message publié sur le site à son intention.

 “Comme il se doit, tu es parti par surprise pour nous rappeler que dans la vie comme dans la musique, chaque jam peut être la dernière”, indique le texte publié sur le site.
Passionné de jazz, Claude Nobs, qui travaillait à l’Office du tourisme de Montreux, avait fondé le Festival de Jazz de Montreux en 1967. 

Cette 1ère édition avait duré 3 jours seulement.

 Au fil des ans, le Festival a pris une dimension internationale, en réunissant chaque année, en juillet, les plus grands noms du jazz et de la pop.

 Plusieurs d’entre eux sont devenus des amis, comme Freddie Mercury ou David Bowie, qui ont habité à Montreux.
Claude Nobs laisse le souvenir d’un homme enthousiaste, passionné de musique et de technologies nouvelles.


Fils d’un boulanger et d’une infirmière, il est né le le 4 février 1936 à Territet, près de Montreux, et s’initie très tôt à la musique en écoutant les 78 tours de son père. Il apprend aussi à jouer de l’harmonica. A 17 ans, il a choisi le métier de cuisinier par goût du bien-manger “et parce que c’est moins difficile que boulanger”, avait-il déclaré à l’agence ATS.  L’Office du tourisme de Montreux l’engage ensuite comme comptable. Il est envoyé en prospection aux Etats-Unis, à New York. C’est là qu’il rencontre le directeur des disques Atlantic Records.
Au milieu des années 60, il sera même le premier à faire venir les Rolling Stones en Suisse.

AFP
Samedi 12 Janvier 2013

Lu 275 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs