Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Début du tournage de “Mirages’’ de Talal Selhami à Ourzazate : Huis clos dans le désert marocain




Début du tournage de “Mirages’’ de Talal Selhami à Ourzazate  : Huis clos dans le désert marocain
Le coup d’envoi du tournage du film « Mirages », une sorte de huis clos dans le désert marocain, a été donné récemment à Casablanca. Ce long métrage est le premier du jeune réalisateur et scénariste Talal Selhami dont le court métrage, « Sinistra » (2006), a remporté de nombreux prix. Actuellement en tournage à Ouarzazate jusqu’au 31 octobre, la nouvelle production aura aussi pour décor Casablanca dans sa seconde phase, du 3 au 5 novembre prochain.
“Mirages’’ dresse le portrait de cinq jeunes venant chacun d’un univers social différent et en quête d’emploi. Intéressés par l’annonce d’une multinationale nouvellement installée au Maroc, ces jeunes n’ont en commun qu’un objectif: parvenir à décrocher un poste dans cette grande entreprise, suggère le synopsis de ce film produit par Nabil Ayouch.
Mais le défi à relever n’est pas aussi facile qu’ils l’auraient souhaité. Pour espérer être sélectionnés, les cinq jeunes doivent passer une série d’épreuves. A l’issue desquelles devait être choisi le candidat qui obtiendra le grand poste tant promis par l’entreprise.
La dernière épreuve, « assez spéciale », d’une longue série de tests, consiste à prendre un bus sans vitre… et de se retrouver, après des heures de route, au milieu de nulle part, dans le désert marocain. Est-ce bien encore une de ces épreuves qu’ils redoutent ? Dans ce cas, sauront-ils s’en sortir? On en saura plus après la sortie du film, en tournage à Casablanca et plus tard à Ouarzazate.
Coproduit par la SNRT (Société nationale de radiodiffusion et de télévision) et Ali n’ Productions, «Mirages» est construit autour du suspense et de la peur. Il «nous accompagnera dans une découverte de la mortalité, la complicité, la complexité, et l’acharnement maladif du genre humain», indique un communiqué des producteurs.
Pour son premier long-métrage, écrit par Christophe Mordellet, le jeune réalisateur Talal Selhami s’est offert un casting restreint et de premier choix, mettant en lumière de jeunes acteurs qui se sont distingués ces deux dernières années dans le paysage cinématographique marocain. Il s’agit notamment des comédiens Aissam Bouali, Karim Saidi, Meriam Raoui, Omar Lotfi et Moustapha Haouari.
Natif de Paris il y a 27 ans, Talal Selhami s’intéresse à l’écriture et à la mise en scène à travers la pièce de théâtre «Grand guignol» en collaboration avec le Centre culturel français de Casablanca.
En 2006, le jeune réalisateur et scénariste réalise son quatrième court métrage intitulé «Sinistra». Cette production remporte plusieurs prix et est diffusée dans de nombreux et prestigieux Festivals notamment en Espagne, Italie, Montréal et à Los Angeles.

ALAIN BOUITHY
Vendredi 16 Octobre 2009

Lu 507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs