Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Début des pourparlers entre Tillerson-Lavrov après une escalade verbale sur la Syrie

Un nouveau regain de tensions aux accents de Guerre froide entre les deux puissances




Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov ont entamé mercredi à Moscou des pourparlers qui s'annoncent musclés après une guerre des mots entre les deux puissances sur la Syrie.
Les responsables des deux pays ont échangé déclaration sur déclaration ces derniers jours au sujet de l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun et après la volte-face du président américain, ordonnant le premier bombardement de l'armée syrienne depuis le début du conflit il y a six ans.
Au début de l'entretien, M. Lavrov a dit vouloir comprendre "les intentions réelles" des Etats-Unis en matière de politique internationale, afin d'éviter une "récidive" de la frappe américaine en Syrie et de travailler à la création d'un "front commun contre le terrorisme".
"Notre ligne de conduite se base sur le droit international et non sur un choix du type +avec nous ou contre nous+", a déclaré le ministre.
M. Tillerson a de son côté dit souhaiter un échange "ouvert, franc et sincère", destiné à "davantage clarifier les objectifs et intérêts communs" et les "nettes différences" dans l'approche des deux pays sur les principaux dossiers.
La toute première visite en Russie d'un haut responsable de la nouvelle administration américaine devait servir à jeter les bases de la "normalisation" des relations entre les deux pays promise par Donald Trump lors de sa campagne électorale.
Mais l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun et la frappe américaine qui l'a suivie ont provoqué un nouveau regain de tensions aux accents de Guerre froide entre les deux puissances.
Les responsables américains se sont succédé mardi pour critiquer le soutien sans faille de la Russie au président syrien Bachar al-Assad.
Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a estimé qu'il n'y avait "pas de doute" que le régime de Damas était responsable de l'attaque chimique présumée du 4 avril, qui a fait 87 morts dans la province rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.
Auparavant, un haut responsable de l'administration américaine s'exprimant sous couvert de l'anonymat avait accusé Moscou de "semer la confusion" sur le rôle du régime syrien en tentant de mettre en cause les rebelles ou les jihadistes de l'organisation Etat islamique.
Un autre haut responsable américain avait par ailleurs indiqué qu'il fallait poser aux Russes la question de leur éventuelle complicité dans cette attaque.
Le président Vladimir Poutine a, lui, répété dans une interview à la télévision MIR diffusée mardi soir qu'il ne voyait aucun élément prouvant la responsabilité de Damas.
La Russie se tient à une ligne mettant le régime syrien hors de cause: il faut regarder du côté des rebelles, l'armée syrienne ne disposant plus d'armes chimiques depuis le démantèlement de son arsenal sous supervision internationale.
M. Poutine a averti contre une répétition du scénario des fausses preuves d'armes de destruction massives en Irak en 2003, prélude à l'invasion du pays pour faire chuter Saddam Hussein.
Il a ainsi mis en garde contre des "provocations" en préparation de la part des rebelles qui utiliseraient des armes chimiques pour mettre ensuite Damas en cause.
Dans le même temps, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont présenté au Conseil de sécurité un nouveau projet de résolution demandant la coopération du régime syrien dans une enquête sur l'attaque chimique.
Le vote est prévu mercredi à 19H00 GMT mais, selon des diplomates, la Russie devrait utiliser son droit de veto.
La semaine dernière le Conseil de sécurité avait examiné trois projets de résolution sans jamais passer au vote.
Au-delà de la question de l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun, M. Tillerson est porteur d'un message de fermeté des pays du G7 qui jugent que l'avenir de la Syrie devait s'écrire sans Bachar al-Assad.
Le conflit en Ukraine, la lutte antiterroriste, l'Afghanistan, le Yémen et la Libye sont également au menu des discussions.
La visite de M. Tillerson précède une rencontre tripartite entre M. Lavrov et les chefs de la diplomatie syrien, Walid Mouallem et iranien, Mohammad Javad Zarif, prévue à la fin de la semaine à Moscou.

Jeudi 13 Avril 2017

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs