Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Débat sur les radios communautaires à la Chambre des conseillers




Débat sur les radios communautaires à la Chambre des conseillers
Une nouvelle phase commence pour le processus de plaidoyer pour la mise en place des radios communautaires au Maroc. Lundi, le Forum des Alternatives Maroc (FMAS) s’est invité au Parlement. Le débat a porté sur le projet de loi élaboré par le FMAS sur les radios communautaires. La commission de la législation, de la justice et des droits de l’Homme, à la deuxième Chambre, qui coorganise cette rencontre, entend rapprocher ce sujet de l’institution législative.
Sous la présidence du président de la commission, Omar Dkhil, cette journée d’étude a permis aux membres de la commission et aux acteurs associatifs de plancher sur un phénomène médiatique à part. Jusque-là, aucune loi au Maroc ne régit la mise en place de radios communautaires. 
Ce débat qui vu la participation de la HACA et de l’UNESCO s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des articles 12, 13 et 14 de la Constitution, relatifs à la démocratie participative et aux rôles de la société civile dans la vie publique.  
 «C’est une occasion pour examiner ce vide législatif à combler impérativement, en ces temps de révolution technologique. L’initiative devient une nécessité pour élargir les champs de liberté et entreprendre la démocratisation du secteur médiatique national. C’est là, d’ailleurs, l’objectif des premiers médias communautaires qui ont fait leur apparition en Amérique latine, après la Seconde Guerre mondiale», souligne l’expert Said Soulami.
Le FMAS avait déjà initié un projet prometteur de sensibilisation, d’apprentissage et de vulgarisation et de plaidoyer. Nombre de documents étaient élaborés à ce sujet, dont un concerne un projet de loi relatif aux médias communautaires. Il s’agit de baliser le terrain pour l’avenir, accélérer la prise de conscience du rôle de ce médium et doter la société civile d’outils à même de lui permettre de relever les défis. Nul doute que les radios indépendantes contribuent globalement à la démocratisation de la communication et à la participation active de la population. Bien évidemment, certaines expériences comportent des risques, mais en général, elles donnent une «voix» à des populations souvent marginalisées et favorisent l’exercice démocratique, tout en valorisant les cultures locales. 
La réglementation des radios communautaires a l’avantage de mettre en application ce principe cher aux médias en général, en l’occurrence cette proximité tant recherchée. Le champ médiatique national sera ainsi enrichi par un troisième partenaire en plus des acteurs publics et privés. 
Initiative louable dans la mesure où elle rapproche le législateur marocain de l’importance de ce créneau dans la consolidation de la démocratie en général et l’information de proximité en particulier. 
 

Mustapha Elouizi
Mardi 11 Février 2014

Lu 794 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs