Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De violents affrontements entre policiers et supporters du TP Mazembe




De violents affrontements qui ont fait quatre blessés (trois supporters et un policier) ont opposé mardi pendant plusieurs heures à Lubumbashi des policiers aux supporters du TP Mazembe, célèbre équipe de football de cette ville du sud-est de la République démocratique du Congo, a constaté un journaliste de l'AFP. Dix-sept personnes ont été arrêtées.
Les heurts ont été provoqués par l'interdiction d'un match du TP Mazembe, à l'occasion duquel Moïse Katumbi, propriétaire du club et opposant politique de poids, devait s'adresser à la foule.
Il s'agissait d'un match de préparation en vue de la Coupe du monde des clubs à laquelle l'équipe doit prendre part au Japon à partir du 10 décembre. Le TP Mazembe a remporté le 8 novembre la Ligue des champions d'Afrique, gagnant ainsi son billet pour le Japon. Pour justifier la présence policière aux abords du stade, le colonel Kyungu Banza avait simplement déclaré dans l'après-midi que "le match entre les équipes A et B de TP Mazembe n'était pas autorisé par la mairie".
A 12h00 (11h00 GMT), la police a encerclé le stade où devait se jouer le "match de préparation et d'au-revoir" du club de Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga depuis l'éclatement récent du Katanga en quatre nouvelles entités administratives.
Des milliers de supporters qui affluaient vers le lieu ont été repoussés à coups de gaz lacrymogène, selon le journaliste de l'AFP, dont le matériel a été saisi pendant quelques instants par la police. Les affrontements ont dégénéré avec des jets de pierres et se sont poursuivis pendant plusieurs heures.  Ancien allié du président congolais Joseph Kabila, Katumbi, ex-gouverneur du Katanga, a claqué la porte du parti présidentiel en septembre en accusant le pouvoir de se livrer à des "arrestations arbitraires de militants pro-démocratie", "intimidations de toutes sortes", et "répressions policières de plus en plus violentes".
Interrogé par l'AFP, Katumbi a déploré l'interdiction du match. "On ne complote pas dans un stade", a-t-il dit, "le football est apolitique".
Homme d'affaires richissime et charismatique, Katumbi est populaire bien au-delà des limites du Katanga, du fait notamment du succès du TP Mazembe. Il passe pour un possible candidat à la prochaine présidentielle, censée avoir lieu avant fin novembre 2016, et à laquelle la Constitution interdit au chef de l'Etat, Joseph Kabila, de se présenter.
Le climat politique est très tendu depuis des mois en RDC, où l'opposition accuse M. Kabila de chercher à tout faire pour rester en fonction au-delà du terme de son mandat, quitte à repousser la date de la présidentielle, qui n'est pas encore fixée.

Jeudi 3 Décembre 2015

Lu 358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs