Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De réalisateur prometteur à prisonnier politique, la carrière brisée d'Oleg Sentsov




Condamné à 20 ans de détention par la justice russe, Oleg Sentsov était un réalisateur ukrainien prometteur, au premier film auto-financé et remarqué, jusqu'à ce que la politique prenne le pas dans sa vie à la faveur des événements du Maïdan et de l'annexion de la Crimée. Tourné avec seulement 20.000 dollars de budget, son film "Gamer" raconte l'histoire d'un adolescent qui participe à des compétitions de jeux vidéo tout  en faisant face à une vie quotidienne difficile dans un village d'Ukraine. Un film issu de l'expérience personnelle d'Oleg Sentsov, 39 ans, qui a consacré huit ans de sa vie aux compétitions de jeux vidéo et financé son film en travaillant en tant que gérant d'une salle de jeux à Simféropol, la capitale de la péninsule ukrainienne de Crimée annexée en 2014 par la Russie.
Tourné dans un style réaliste, "Gamer", montré dans de nombreux festivals  européens, est récompensé à Rotterdam en 2012, ce qui permet au cinéaste de se lancer dans le tournage de son deuxième long-métrage. Mais la préparation de "Rhino" est interrompue quand ce père de deux enfants décide de s'engager dans "Automaïdan", une des branches du mouvement proeuropéen "Euromaïdan" qui a conduit à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch en février 2014, après plusieurs mois de manifestations populaires. Le réalisateur milite ensuite contre l'annexion de la Crimée par Moscou, se souvient Kostiantyn Reoutski, un militant ukrainien l'ayant côtoyé à cette époque. "Oleg et ses camarades organisaient des rallyes automobiles en Crimée, avec des symboles et des drapeaux ukrainiens. Ils en accrochaient aussi aux murs (...) et ils ont continué de le faire après l'annexion, quand tout le monde était parti", témoigne-t-il à l'AFP.
"C'est une personne réfléchie, responsable et pleine d'initiative (...) Son but était de montrer que la Crimée n'était pas prorusse à 100%", reprend Kostiantyn Reoutski. Deux mois après l'annexion, dans la nuit du 10 au 11 mai, le réalisateur est arrêté chez lui, puis incarcéré à Moscou dans la prison de haute sécurité de Lefortovo jusqu'au début de son procès à Rostov-sur-le-Don, dans le sud-ouest de la Russie. Oleg Sentsov a malgré tout gardé le moral : "Il blague tout le temps. Tout ce qui lui reste, c'est son humour", avait expliqué à l'AFP, à l'ouverture du procès, sa cousine Natalia Kaplan.
Une force de caractère dont le cinéaste, souvent souriant et parfois provocateur, a fait preuve au cours du procès. Sa déclaration finale, un discours bref mais vibrant, avait marqué les esprits la semaine dernière.
"Votre propagande est très bonne (...) mais j'espère que vous comprenez qu'il n'y a pas de «fascistes» en Ukraine, que la Crimée a été prise illégalement et que vos troupes sont dans le Donbass", la région de l'Est  séparatiste ukrainien, martela-t-il, tout en qualifiant Vladimir Poutine de "nain sanguinaire".

Jeudi 27 Août 2015

Lu 472 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs