Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De quelle Europe des valeurs parle-t-on ?




La posture morale de l'Union européenne dans son voisinage méditerranéen prend un sérieux coup. Les événements en Tunisie - et maintenant l'Egypte - ont pris son leadership par surprise. Le renversement par un soulèvement populaire d'un président corrompu et autoritaire soutenu pendant des années par les dirigeants européens a permis de mettre à jour l’’Europe « éthique ». L’Europe « des valeurs » est nue… Le moment est opportun pour qu’une Tunisie plus démocratique réinitialise ses relations avec l'UE.
Pour ceux qui croient en la liberté et la démocratie, la révolution tunisienne a été une nouvelle réconfortante. Comment a-t-elle été reçue à Bruxelles ? Personne ne peut le dire. Tout à coup, le régime de Ben Ali, l '«exemple pour la région», le «partenaire important et fiable de l'Europe» - pour citer Stephan Füle, le commissaire tchèque de l'élargissement et la politique de voisinage – était remis en question. Les révolutionnaires du jasmin déferlaient sur la rue tunisienne - mais aussi européenne - pour demander la liberté et la démocratie.
Le lamentable bilan
de la «conditionnalité»
Le bloc doit faire face au fait que jusqu'à la révolution, ses politiques en Tunisie n’avaient que peu été la «force du bien» (force for good) comme aiment tant à le claironner les bureaucrates. Au contraire, comme les militants tunisiens des droits de l’homme l’ont souvent dit, elles avaient, au mieux, contribué à maintenir le statu quo. La décision de Bruxelles l'année dernière de poursuivre des discussions sur le « statut avancé » ont même encouragé le régime à réprimer davantage la dissidence. Les contacts directs entre les ONG locales et les institutions européennes ont été interdits L’attitude de « business as usual » des dirigeants européens à l’égard de l'homme que la plupart des Tunisiens appelaient un « dictateur » a mis au jour l’hypocrisie de la rhétorique des droits de l'homme de l'UE et de sa sacro-sainte « conditionnalité ».
Des positions  antilibérales
L'aide au développement et les accords commerciaux dépendent théoriquement de la réalisation de «conditions politiques et économiques». Ces «clauses de conditionnalité » sont incluses dans tous les accords de l’Union avec des tierces parties. Mais à quoi bon? Des études ont montré que la conditionnalité n'avait aucune pertinence dans le cas de pays à forte tradition démocratique ou d’Etats autocratiques. Que ce soit en Tunisie ou en Egypte - ou d'ailleurs en Europe, la plupart des politiciens ont manifesté un intérêt de pure forme en la matière. Pour les peuples opprimés du continent, la question de la conditionnalité a été une mauvaise blague.
Si la réponse de l’UE « Lisbonnisée » a été faible – une vague promesse de soutien pour des élections, le silence initial de Paris a été assourdissant. Durant plusieurs jours après le soulèvement populaire, l'exécutif français est resté muet, et ce de manière embarrassante. A l'Assemblée nationale, la ministre des Affaires étrangères Michelle Alliot-Marie a été invitée à rendre compte de l'incohérence de la politique étrangère du gouvernement en Afrique. Comment notre pays pouvait-il demander le respect de la démocratie en Côte-d'Ivoire tout en soutenant la dictature du président Ben Ali ? En effet, là est la question ! Et aussi la réponse au pourquoi du manque de cohérence de l'UE.
Quand il s'agit de relations UE-Afrique, la politique étrangère commune est le plus souvent « pilotée » par les anciennes puissances coloniales dans les « huis clos » bruxellois. Des administrations puissantes avec des contacts privilégiés avec les politiciens locaux assurent la continuité de leur rôle prédominant dans l'élaboration des politiques communes. Avec l'élargissement à 27 États membres, les mécanismes de prise de décision sont devenus trop complexes. Le fameux principe du « plus petit dénominateur commun » qui caractérise la prise de décision au niveau européen continue de rapetisser… Sur des sujets sensibles, la tension monte rapidement. Dans le cas de la Tunisie, les câbles diplomatiques des États-Unis dévoilés par Wikileaks ont révélé la profonde division entre les Etats membres. Alors que l'Allemagne et le Royaume-Uni étaient en faveur d'une approche plus ferme, d'autres pays clés - la France - se sont montré réticents à critiquer le régime. Finalement, il n’y a eu aucune pression.
L’apaisement ne favorise
pas la stabilité
Depuis le 11 septembre, le maintien de la stabilité politique dans la région a été le mot d’ordre de la politique de sécurité de l'Europe, quel que soit le coût pour la démocratisation. À la lumière des événements dramatiques récents, il est clair que sa politique de dialogue constructif - «soft» - avec des «autocrates modèles» a échoué. Il est urgent pour l’Union de repenser ses relations avec ses voisins du sud.
Pour la France, ce ne sera pas chose facile. La racine du problème est profonde. Derrière le discours «de rigueur» sur la liberté et la fraternité, la classe politique française est restée très méfiante envers les libertés individuelles et profondément antilibérales. La «Françafrique», un système mafieux de coopération économique et politique fondé sur des monopoles d'État, le dirigisme économique et l'étatisme, s'est nourrie de cette réalité. La promesse faite par Nicolas Sarkozy que notre pays serait du côté des peuples de l'Afrique n'a pas encore été remplie. En Septembre dernier, l'ambassadeur français au Sénégal a démissionné en signe de protestation.
L'Europe et la Tunisie sont liées par l'histoire et la géographie et ont besoin l’une de l’autre. Mais aujourd’hui, les Tunisiens peuvent se passer du brassage d'air «eurocrate» habituel telle que la déclaration du chef de la politique étrangère, Lady Ashton, affirmant la «solidarité de l'UE avec le peuple tunisien»... Pourquoi ne pas l’avoir donné lorsque les tunisiens avaient réellement besoin de cette solidarité ? Malheureusement, avec une Union protectionniste aux prises avec un déficit démocratique, une politique étrangère désunie, des guerres intestines «institutionnelles», la récession économique et une dette problématique, un changement de politique crédible est probablement illusoire.
Les Tunisiens ont maintenant la possibilité de s’approprier les réformes politiques et économiques de leur pays. Des temps difficiles les attendent, mais ils s’engagent sur la route cahoteuse de la démocratisation avec la tête haute. Nous, les peuples libres de l'Europe, pouvons être reconnaissants pour cette leçon de courage et de dignité.

* Analyste sur
www.unmondelibre.org
Articles publiés en collaboration avec www.unmondelibre.org

Par Sophie Quintin - Adali LLM *
Jeudi 10 Février 2011

Lu 539 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs