Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De la morphine sans pavot




De la morphine sans pavot
Des scientifiques ont annoncé avoir découvert une étape clé de la fabrication d'opiacés comme la morphine, à partir de levure et sans pavot, tout en s'inquiétant de l'impact de leur découverte sur le trafic de drogue.
A partir de levure génétiquement modifiée et avec du sucre pour la nourrir, toute personne ayant une connaissance basique en biologie pourrait "brasser", chez lui, de la morphine, ont également averti d'autres spécialistes.
Dans une étude publiée dans la revue scientifique Nature Chemical Biology, des biologistes à l'Université de Californie à Berkeley expliquent avoir introduit dans la levure un gène de betterave.
Ce gène permet à la levure de transformer de la tyrosine, un acide aminé dérivé du sucre, en réticuline, point de départ pour produire de la morphine, de la codéine et d'autres substances utilisées en médecine comme antalgiques.
La transformation de réticuline en morphine par la levure était déjà connue. Mais il manquait l'étape de transformation de la tyrosine en réticuline pour maîtriser cette fabrication, sans avoir recours à la culture du pavot. Les chercheurs n'ont pas produit de la morphine mais pensent qu'une souche modifiée de levure, capable de le faire, pourrait être disponible d'ici deux ans. Le but de cette recherche est d'ouvrir la voie à des analgésiques moins chers et entraînant moins de dépendance par rapport aux médicaments dérivés du pavot. Mais l'équipe reconnaît que ce procédé pourrait être une aubaine pour les narco-trafiquants et réclament des lois plus sévères.
"Nous sommes proches du but, dans deux ans nous pourrons produire une souche de levure fiable", affirme John Dueber, coauteur de la publication.
"Le moment est venu de réfléchir à des moyens d'encadrer ces recherches et de prévenir de possibles abus".  D'autres spécialistes, dans une tribune publiée dans Nature, la principale revue du groupe Nature, enfoncent le clou.
Ils réclament une réglementation plus sévère, le renforcement de la sécurité des laboratoires et la limitation de la production des souches de levure pour empêcher les narcotrafiquants de s'en procurer. 
Les souches pourraient également être conçues de telle sorte qu'elles nécessitent des ajouts particuliers ou des conditions de laboratoires spécifiques, compliquant la tâche des gangs. 

Mercredi 27 Mai 2015

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs