Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De la dénonciation à la justification : Les paradoxes mortels de Ramid




Les nombreuses déclarations du nouveau ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, prennent manifestement un caractère démagogique. Tout un fossé sépare l’homme qui criait hier contre tout ce qui lui paraissait injuste et celui qui tente de justifier les injustices d’aujourd’hui.
Dans ses différentes plaidoiries défendant ses clients parmi les personnes arrêtées sur fond d’événements politique ou social, il arguait souvent que les forces de l’ordre dispersaient violemment les manifestants sans respecter la loi, notamment les trois sommations par voie de mégaphone effectuées par un agent drapé d’un ruban de couleur.
Mais, une fois ministre, Mustapha Ramid se met plutôt à justifier les interventions violentes et les actes illégaux. A aucun moment lors des opérations de dispersion des manifestants à Taza, il n’a été question de respecter les alertes de sommation comme stipulé par la loi et défendu par Me Ramid à maintes reprises. Pourtant, le ministre préfère parler plutôt de la crainte que l’Etat perde de sa «force morale» qu’il nomme par la classique notion de «hiba», tout comme le faisaient les adeptes de l’approche sécuritaire d’antan et d’aujourd’hui.
Les déclarations des victimes des événements de Taza le citent nommément. Ils préféraient du moins l’entendre, lui le défenseur des droits et des libertés, faire la part des choses et  défendre leur dignité bafouée. Pas un mot. L’omerta qu’observe Ramid s’étend aux arrestations des jeunes du 20 février à Taza.
Et enfin, dans l’affaire Benallou, l’ex-directeur de l’Office national des aéroports (ONDA), il annonce, en guise de commentaire sur la décision de la Cour d’appel de Casablanca, de poursuivre Abdelhanine Benallou en état d’arrestation, que c’est l’ex-ministre de la Justice Mohamed Naciri qui avait soumis le dossier au procureur général près la Cour d’appel de Casablanca. Mohamed Naciri argue qu’il n’a fait que son travail, Me Ramid doit faire le sien. Il doit assurer les conditions d’un procès équitable et soumettre les autres dossiers relatifs à la dilapidation ou détournement des deniers publics à la justice. Seule issue de sortir de ce  paradoxe mortel.

Mustapha Elouizi
Lundi 13 Février 2012

Lu 643 fois


1.Posté par boumehdi jawad le 13/02/2012 10:08
Il va sans dire que le commentaire dans l'opposition diffère sérieusement quand on est dans le gouvernement.Il va sans dire aussi que les forces de l'ordre sont plus habituées à la casatagne qu'à distribuer des fleurs ,de bouteilles d'eau.Mais il est inquiétant de constater qu'une violence aveugle et systématique se propage à l'occasion de tout rasemblement ,qu'il soit sportif,à caractère syndical,protestataire,comme au début des manifs du 20 Février,à Nador, Beni Mekdada,Marrakech,Safi,Sefrou.Les bus de Casablanca sont régulièrement callaissés à chaque match de foot,la gare routière d'Agadir a été saccagée samedi derrnier.Aujourd'hui les gens ne veulent plus payer l'eau et l'électricité dans certains quartiers.Il est vrai qu'on les a habitués à cela dans les bidonvilles.Les grèvistes du public ne travaillent plus que 2 jours sur 5 ,sans que leur paye en patisse,etc...Cette montée de la violence ordinaire ne date pas de Ramid,ou de Naciri ou de Bouzoubaa.L'impunité dont jouissent les casseurs,agès généralement de 7 à 15 ans est totale.Il faut que la socièté,la famille,l'école reprennent en mains cette jeunesse désoeuvrée,déboussolée et laissée pour compte.Elle ne reconnait ni Dieu,ni maître,encore moins un ministre de la Justice ,fasse-t-il du PJD,notion fort abstraite pour ces casseurs.

2.Posté par H.Frero le 13/02/2012 14:10
"Il va sans dire ...."
Il va sans dire Mr Jawad, qu'il faudrait leur broyer les poignets à ces casseurs... comme ça ils ne jetteront plus de cailloux!
Il va sans dire Mr Jawad, que de ces gens sont dénués de tout sens civique ... il faudrait littéralement les attacher à leurs outils de travail! comme ça ils seraient obligés de faire leurs 5 jours sur 5 de boulot!
Il va sans dire Mr Jawad, qu'au plus beau pays du monde, on souffre de laxisme ... il faudrait sûrement vite se mettre au travail et remettre sur les rails cette jeunesse qui manque de repère!
Il va sans dire .... Mr Jawad, que tant des gens comme vous comment l'actualité dans le plus beau pays du monde ... un marocain n'aura jamais aucune fierté de l'être

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs