Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De jeunes talents à l'honneur au Festival du cinéma d’Imouzzer Kandar




De jeunes talents à l'honneur au Festival du cinéma d’Imouzzer Kandar
Le Festival du cinéma des peuples d’Imouzzer Kandar, dont la 14ème édition s’est ouverte jeudi soir, a rendu hommage au jeune acteur algérien Youssef Shiri et à l’actrice marocaine Meryem Bakouch. Des acteurs et cinéastes ont, à cette occasion, braqué leurs projecteurs sur le talent des deux jeunes acteurs qui ont réussi à imposer leur nom sur la scène cinématographique et se démarquer par la qualité de leurs prestations. La séance d’ouverture de cette édition, initiée par le Ciné-Club d'Imouzzer Kandar (CCI) en partenariat avec l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), a été marquée par la projection du film marocain ‘’Les loups ne dorment jamais’’ du réalisateur marocain Hicham Jebbari.
 ‘’Le CCI a toujours proposé un programme diversifié combinant spectacles, formations, rencontres intellectuelles et artistiques et publications’’, a indiqué à cette occasion le directeur du festival, Youssef Grich, ajoutant que le CCI a accumulé une expérience considérable par l’organisation de cette manifestation cinématographique annuelle.
Le festival est devenu ‘’une propriété collective commune à toutes les institutions et tous les individus’’, a-t-il poursuivi.
Pour départager les films en lice, les organisateurs ont choisi un jury présidé par l’actrice espagnole Bibiana Shonhofer et constitué du chercheur tunisien Taher Ajroudi, de l’acteur Abdelaziz Oussaih, du critique de cinéma Noureddine Mhakkak et de l’actrice Jihane kamal, du Maroc.
Lors de cette édition, organisée également en partenariat avec le Centre cinématographique marocain, le Conseil de la région Fès-Meknès et le Festival Off-courts Trouville, un colloque autour de la thématique des ‘’Significations de la mort et ses symboles dans le cinéma marocain’’ réunira des cinéastes, des chercheurs et des critiques cinématographiques. Les précédentes éditions du festival ont permis de débattre de plusieurs thématiques dont ‘’Le florilège musical dans le cinéma marocain’’, ‘’L’image du marginal dans le cinéma marocain: fonctions et spécificités’’ et les questions afférentes à la critique cinématographique marocaine.

Samedi 11 Novembre 2017

Lu 241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs