Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De graves dépassements à Fès : Affrontements entre étudiants et forces de l’ordre




De graves dépassements à Fès : Affrontements entre étudiants et forces de l’ordre
C’est une véritable bataille  rangée qui a opposé, mercredi à Fès, des centaines d’étudiants de l’Université Sidi Mohamed Benabdellah, Dhar Mehraz aux forces de l’ordre. Les étudiants qui étaient encadrés par des membres de la fraction radicale des kayidiyyines (basistes), avaient déjà annoncé un boycott des cours dans toutes les facultés, puis ont organisé une manifestation qui a sillonné les pavillons de la cité universitaire. Mais, les choses allaient prendre une autre tournure, lorsque la manifestation s’est dirigée vers la sortie de la cité donnant sur le quartier populaire de l’hôpital Ghassani. Les étudiants voulaient ainsi manifester en dehors de l’enceinte de l’université, pour se diriger plus précisément à la Cour d'appel de Fès, où deux de leurs camarades, membres aussi du Mouvement du 20 février, arrêtés en septembre dernier, allaient être déférés. Les forces de l’ordre se sont alors érigées en chaîne pour endiguer la foule  et l’empêcher d’avancer vers le centre-ville. Selon plusieurs témoins, il y a eu recours aux bombes lacrymogènes. Les étudiants n’ont pas hésité à forcer le passage en lançant des pierres ; le heurt était violent et l’affrontement entre les deux camps a duré près d’une heure. L’intervention brutale des forces de SMI a causé de nombreux blessés parmi les étudiants, des dizaines selon une source estudiantine, témoin des événements. « L’intervention était très violente contre une manifestation estudiantine pacifique, et les forces de SMI ont fait usage de bombes lacrymogènes, ce qui a entraîné des cas d’asphyxie notamment parmi les étudiantes », a indiqué cette même source. De l’autre côté, les forces de police ont relevé dans leur rang des blessés, qui ont été évacués à l’hôpital. Par ailleurs, la Cour d'appel de Fès a reporté, mercredi, au 19 janvier prochain le procès de deux étudiants arrêtés. Ils sont poursuivis, selon l'agence marocaine MAP, pour avoir érigé des obstacles sur la voie publique, mais également pour jets de pierre contre des agents des forces de l'ordre et dégradation de biens publics. Hier encore, les forces de l’ordre sont également intervenues violemment, au niveau du boulevard Hassan II, contre une trentaine de jeunes, structurés dans le Groupe des licenciés chômeurs.

M.E
Vendredi 23 Décembre 2011

Lu 1150 fois


1.Posté par sarroudi mohamed le 23/12/2011 11:38
Je croyais que dans notre beau et grand maroc nous avions la liberté de manifester et de réclamer envers ceux qui nous gouvernent Hélas notre beau maroc recule en liberté et progresse dans la bastonnade et la mise au pas pauvre marocain pauvre peuple et nos journalistes hypocrites qui nous écrivent le contraire

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs