Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De grands artistes pour la clôture de “Ramadanyat Fès”




La soirée de clôture du 2ème Festival de "Ramadanyat Fès" restera gravée dans la mémoire d’un public, venu vendredi en nombre apprécier la très belle prestation d'une pléiade de stars composée notamment de Marwane Hajji, Mohamed Briouel, et autres maîtres de la musique traditionnelle marocaine. Une pure musique andalouse mariant luth, violon, D'ff et autres instruments "nobles", des poèmes authentiques sur l'amour de Dieu, du Prophète, le tout interprété par des artistes hors-pair à cette soirée qui fera, à n'en pas douter, longtemps parler d'elle. Le Festival a enregistré également la brillante prestation de la Chorale de l’Université Al Akhawayn d’Ifrane.
Une symbiose si vite installée entre cet ensemble de jeunes artistes et le public qui manifestait chaque fois son plaisir par un tonnerre d'applaudissements.
Le spectacle n'aurait pas atteint son summum sans la main de maître du grand violoniste et chef d'orchestre, Mohamed Briouel, qui a émerveillé l’assistance par des partitions interprétées dans la pure tradition de l’école classique fassie. La vivacité   de sa musique et le rythme rapide et enlevé de son jeu de cordes très ornementé l'ont hissé au plus haut niveau dans ce domaine.
 L’autre star de la soirée n’est que le fondateur de ce jeune Festival et l’ambassadeur de la musique sacrée au monde, Marwane Hajji qui a interprété avec talent et ferveur un art savant et subtil qu'est le chant soufi et mystique, inspiré de l'amour divin et que l'on peut littéralement et simplement traduire par "émotion exaltée".
Outre des transes des troupes traditionnelles, les férus de la musique authentique marocaine ont également applaudi la brillante prestation du fils d'Essaouira, Abderrahim Souiri. Sa voix, "héritée" de son père, un muezzin, célèbre dans la Cité des alizés, a fait de lui un artiste incontournable de la scène musicale arabo-andalouse.
Chantant avec maestria et magie, Abderrahim Souiri est considéré comme l'orfèvre de l'ornementation de la musique arabo-andalouse marocaine.
Par ailleurs, l’Association "Ikhwane Al-Fanne", initiatrice de cet événement artistique, œuvre à instaurer la tradition héritée et à transmettre le flambeau culturel chez la jeunesse fassie et marocaine, afin de valoriser le capital immatériel et de refléter l’image rayonnante d’un Maroc riche par sa diversité culturelle.

Mercredi 22 Juin 2016

Lu 547 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs