Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De faux souvenirs de guerre implantés dans le cerveau de soldats




De faux souvenirs de guerre implantés dans le cerveau de soldats
Le protocole ressemble à un scénario de film de science-fiction, et pourtant, il s’agit bel et bien d’une expérience réelle qui n’est d’ailleurs pas réalisée pour la première fois. Selon une étude parue dans la revue European Journal of Psychotraumatology, des chercheurs néerlandais seraient parvenus à implanter de faux souvenirs dans la mémoire de plusieurs humains. Plus précisément, dans la mémoire de soldats néerlandais partis en mission durant quatre mois en Afghanistan.
D’après les détails dévoilés, ces soldats ont été vus quelques mois avant de partir en mission et deux mois après leur retour, dans le cadre d’une étude sur les causes et la guérison du stress post-traumatique.
Les chercheurs de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas en ont ainsi profité pour mener en parallèle une autre expérience basée elle, sur l’implantation de faux souvenirs. Pour cela, ils ont réalisé plusieurs séances au cours desquelles ils faisaient parler les soldats en leur posant des questions sur les évènements qu’ils avaient connus en Afghanistan.
Or, durant cet interrogatoire, ils ont également posé quelques questions sur un évènement qui lui ne s’était pas produit, à savoir une fausse attaque de tir de roquettes la veille du Nouvel An qui n’aurait fait aucun blessé et n’aurait eu aucune conséquence. Sur le moment, quasiment aucun des soldats ne s’en rappelait évidemment.
 Seulement, sept mois après lors d’une nouvelle séance avec les plus de 200 soldats, 26% auraient dit se souvenir de cette attaque à la Saint-Sylvestre. Une implantation plus facile dans les cerveaux traumatisés. Néanmoins, il a semblé que certains facteurs pouvaient faciliter cette implantation.
En effet, selon les résultats décrits, les faux-souvenirs se seraient plus facilement installés chez les soldats souffrant d’un syndrome post-traumatique plus sévère et chez ceux ayant eu un bilan moyen lors des examens cognitifs. Si l’on en croit les spécialistes, ceci pourrait être dû dans le premier cas à une plus grande facilité de fabrication des images et d’un scénario et dans le second, à une moins bonne précision dans le processus de mémorisation, rapporte le blog Passeur de Sciences.
Au vu des résultats déjà obtenus par de précédentes études, le succès de l’implantation n’a pas étonné outre mesure les chercheurs. Toutefois, certains aspects de ces travaux ont permis d’en apprendre davantage sur l’implantation de faux souvenirs. En effet, le délai laissé entre l’implantation et la résurgence du souvenir a été nettement plus long que d’habitude.
De plus, la suggestion du souvenir s’est faite par l’intermédiaire de questions et non de détails racontés comme c’est souvent le cas. Enfin, il est à noter que les chercheurs ont réussi à implanter de faux souvenirs de guerre chez des soldats pourtant professionnels et ce, avec une facilité déconcertante. Une conclusion qui témoigne une nouvelle fois de la malléabilité de notre cerveau.

Maxisciences
Mercredi 12 Juin 2013

Lu 156 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs