Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Davos au chevet d'une reprise mondiale fragile

Recomposition de l’ordre mondial




Davos au chevet d'une reprise mondiale fragile
L'affirmation de la reprise économique mondiale et la perspective d'une réintégration de l'Iran dans le jeu international seront en toile de fond du Forum économique mondial qui s’est ouvert hier à Davos.
Plus de 1.500 dirigeants d'entreprise et une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président iranien Hassan Rohani, sont présents du 22 au 25 janvier dans la petite station de sports d'hiver suisse pour se pencher au chevet d'une économie mondiale encore convalescente.
Des taux d'intérêt au plus bas dans les grands pays développés et des liquidités toujours abondantes devraient conforter une reprise mondiale qui s'est affirmée en 2013.
Le changement climatique apparaît comme le deuxième facteur de risque systémique par ordre d'importance selon le rapport.
Si la situation des finances publiques demeure précaire dans de nombreux pays, la probabilité de crise sur les dettes souveraines a en revanche diminué.
Les incertitudes entourant la reprise mondiale n'en alimenteront pas moins les échanges entre les participants du Forum placé cette année sous le signe de la recomposition de l'ordre mondial et de ses conséquences sociales, politiques et pour le monde des affaires.
Aux Etats-Unis, l'amélioration de l'activité et du marché de l'emploi a poussé la Réserve fédérale à amorcer une normalisation de sa politique monétaire malgré la faiblesse persistante de l'inflation qui souligne la fragilité de la reprise selon certains économistes et responsables monétaires.
Le ralentissement de la hausse des prix au sein de la zone euro, voire leur baisse dans certains des pays membres, fait craindre que le bloc ne bascule dans la déflation.
La directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, qui interviendra aujourd’hui à Davos, a lancé une mise en garde sans équivoque la semaine dernière.
"Si l'inflation est le génie, alors la déflation est l'ogre qu'il faut combattre avec vigueur", a-t-elle dit lors d'un discours à Washington le 15 janvier.
Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, aussi présent à Davos où il avait été salué l'année dernière comme le sauveur de la zone euro, s'est dit prêt à agir mais semble peu enclin à se lancer dans une politique d'achats massifs d'actifs, à l'instar de celle conduite par ses homologues de la Fed, de la Banque d'Angleterre ou de la Banque du Japon (BoJ). 

Reuters
Jeudi 23 Janvier 2014

Lu 9441 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs