Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans un entretien accordé au quotidien Assabah, Habib El Malki : L’histoire de l’USFP est un miroir qui reflète l’histoire de la société marocaine




“Les ennemis de l’USFP  sont à désigner en dehors du parti et non pas en  son sein, et son histoire est un miroir reflétant l’histoire de la société marocaine ».   C’est ce qu’a souligné lundi   Habib El Malki, président de la Commission administrative, dans un entretien accordé à notre confrère Assabah.
« L’USFP entend tourner, une fois pour toutes, la page de la crise qu’il traverse et ce à travers un dialogue entre les militants ittihadis conformément aux recommandations  émanant de la dernière session de la Commission administrative », a-t-il affirmé.
« Il est tout à fait normal  que nous ayons des divergences comme par le passé sur un certain nombre de questions ; cela a toujours distingué les affaires internes du parti depuis sa création », a-t-il rappelé. En dépit de ces différences, l’USFP  a été au-dessus de toute  considération, puisque ce qui nous unit est constant, a-t-il indiqué.
« Nous devons dans ce sens nous tourner vers l’avenir pour sauver le Maroc du danger des conservateurs  sous couverture de la religion, a fait savoir Habib El Malki avant d’ajouter que « l’affaiblissement  de l’USFP a pour conséquences  un soutien objectif  au courant conservateur  dans notre pays, la fragilisation de la gauche, l’approfondissement des défaillances  au niveau des équilibres dans le champ politique ».  
Il a estimé, par ailleurs, que  « soutenir et renforcer les rangs de l’USFP par ses militants, toutes générations confondues, est devenu une nécessité existentielle, puisque  l’année 2016  est porteuse d’enjeux  qui conditionneront l’avenir du Maroc durant plusieurs années ».  « L’USFP est appelée  à assurer l’équilibre entre les forces conservatrices, porteuses  d’une vision  sociale passéiste  et celles défendant  les valeurs de progrès, d’égalité et de démocratie.  
« Ceux qui prédisent la fin de l’USFP, qu’ils se détrompent, car le parti a depuis toujours su faire face à tous les changements  et résister aux  attaques acharnées  menées contre son existence », a tenu à confirmer Habib El Malki.
Pour le président de la Commission administrative, l’USFP et la gauche en général  passent par une étape cruciale  qui se traduit par une crise de concept, d’alternative et de discours allant au-delà du cadre national pour prendre une dimension internationale.
Tout en soulignant que les sociétés vivent actuellement au rythme de la pensée conservatrice et du discours extrémiste  qui menacent la stabilité des institutions, il  a tenu à indiquer que ce changement impose de  nouvelles responsabilités historiques  à l’USFP et à la gauche en général. Ceci étant, l’USFP a appelé toutes les composantes de la gauche  en vue de créer un pôle crédible et sérieux, mettant fin à leurs différends, pour  se tourner vers l’avenir, car il ne peut y avoir d’horizon politique prometteur  sans une gauche forte et entreprenante.  
En évoquant la période de l’alternance consensuelle, Habib El Malki  a fait remarquer que l’USFP  a  inauguré en 1998 une nouvelle étape de son parcours  militant en faisant de l’alternance un choix démocratique  garanti par la Constitution de 2011 et de ce fait  un changement profond s’est opéré dans le système électoral qui a coûté cher au parti qui continue à  en payer le tribut.
Et de poursuivre que le plus important, c’est que le Maroc se trouve sur la bonne voie  au niveau constitutionnel qui répond aux exigences de l’étape.  Après 14 ans  de  gestion de  la chose publique et à l’issue des résultats  des élections législatives de 2011, l’USFP a choisi de retrouver les rangs de l’opposition. C’est un choix  politique conforme à notre identité  et notre vision stratégique, loin de toute tactique.
Pour Habib El Malki, l’expérience  gouvernementale actuelle  confirme  la justesse de la  position de l’USFP  et ce pour plusieurs raisons dont la mainmise de la majorité sur le pouvoir législatif. Au terme du mandat de ce gouvernement, l’opposition est privée de toute  marge lui permettant de présenter  des propositions de loi et  toutes les portes sont fermées devant le Groupe socialiste, a-t-il conclu.

Mercredi 24 Février 2016

Lu 1082 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs