Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans son rapport annuel : Bank Al-Maghrib appelle au renforcement de la lutte contre la corruption




En dépit du contexte mondial de plus en plus volatil et complexe, l’économie nationale parvient à réaliser en 2010 une performance meilleure que prévu. Telle est la principale conclusion du rapport annuel de la Banque centrale sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’année 2010 qui révèle des taux de croissance et des réserves de change appréciables.
«L’économie nationale a fait preuve en 2010 d’une résilience meilleure qu’initialement anticipé, notamment au niveau des réserves de change», rassure le gouverneur de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, qui a présenté ce lundi les comptes de l’économie marocaine à S.M. Mohammed VI.  
A la lecture de ce rapport, il ressort que cette performance « est attribuable à la fois aux politiques macroéconomiques et sectorielles mises en place, au dynamisme de la demande intérieure et à la relative reprise de la demande extérieure. En particulier, l’impact de la crise économique mondiale sur la balance des paiements, dont l’ampleur a été ressentie en 2009, s’est relativement atténué en 2010», souligne le gouverneur de la Banque centrale dans son rapport.
«Après la croissance de 4,8% en 2009, réalisée à la faveur notamment d’une campagne agricole exceptionnelle, le PIB s’est accru de 3,7% en relation avec les performances des activités non agricoles. Ces dernières ont en effet enregistré une progression de 4,5%, contre 1,2% seulement en 2009, consécutivement au maintien de la dynamique de la consommation et à la contribution de la demande extérieure», poursuit-il.
Sur le front de l’emploi, on notera aussi des signaux positifs faisant état d’une  stabilité du taux de chômage qui « s’est quasiment stabilisé à 9,1%, avec 13,7% en milieu urbain et 3,9% en milieu rural avec un volume global de l’emploi qui s’est accru de 120.000 postes», observe Abdellatif Jouahri. Et d’indiquer que parallèlement à la stagnation du SMIG à son niveau de 2009, les données de la CNSS montrent une forte décélération des coûts salariaux dans le secteur privé.
Le rapport indique par ailleurs que « le coût unitaire du travail a pour sa part diminué, bien qu’à un rythme inférieur à celui observé dans certains pays concurrents, tandis que les données disponibles indiquent une amélioration de la productivité apparente du travail. Le marché du travail a été caractérisé également en 2010 par la poursuite de la mise en œuvre du deuxième plan Initiatives d’emploi 2009-2012».
En outre, il préconise la célérité dans la mise en oeuvre des actions favorisant l’adéquation du système d’éducation-formation aux besoins, la poursuite d’une politique de recherche-développement audacieuse, l’efficience de la justice et de l’administration publique, l’amélioration du climat des affaires, la flexibilité du marché du travail, ainsi que l’approfondissement de la lutte contre la corruption, s’avère encore plus urgente compte tenu de l’environnement interne et externe.

ALAIN BOUITHY
Mercredi 21 Septembre 2011

Lu 366 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs