Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans les salles à Casablanca : «Bobbos», comment rire du monde des affaires




Dans les salles à Casablanca :  «Bobbos», comment rire du monde des affaires
Les salles de cinéma de Casablanca se mettent à l'humour égyptien. Avec la projection de « Bobbos », la toute dernière production du réalisateur Wael Ehsan.
110 minutes de pur bonheur avec au menu, beaucoup d'humour et de comique qui plongent illico le spectateur dans l'univers très fermé et tant redouté, celui du monde des affaires. Avec en toile de fond : l'amour, représenté ici par un jeune couple de la classe moyenne, fiancé depuis une décennie, mais dont le rêve de se marier reste suspendu à l'argent, que recèle justement ce même monde des affaires où se succèdent rire, émotion, fantaisie, humour et joie de vivre.
La sortie officielle de « Bobbos » a eu lieu mercredi 14, à Casablanca, dans les salles de cinéma de Megarama et Ritz ainsi qu'au Lynx où la presse était invitée à découvrir cette nouvelle production, servie par un casting qui mêle avec harmonie talents et humour, d'un bout à l'autre du film.
Connu pour ses prises de position contre la corruption, Adel Imam use de l'humour comme aucun autre comédien, pour condamner les travers de la société. N'hésitant pas, quand il le faut, à égratigner le monde politique de son pays, l'Egypte. Un rôle qui le colle parfaitement bien à la peau. Et qui lui a valu estime et considération des citoyens.
C'est donc un Adel Imam égal à lui-même, et considéré comme l’un des meilleurs comédiens arabes, que l'on retrouve dans ce casting aux côtés de Youssra qui campe ici le rôle de Mouataza, une belle, élégante et très sensuelle richissime veuve. Et que tente de séduire Bobbos, un investisseur qui a perdu sa fortune suite à la crise financière qui a ébranlé la communauté économique richissime.
« Adel Imam a toujours fait le choix des thèmes liés au vécu de la société égyptienne : il n'a de cesse de défendre la classe moyenne. C'est, entre autres, pour cette raison qu'il est très apprécié en Egypte et dans les pays arabes. Et ce film est la continuité des messages qu'il essaie de transmettre depuis toujours», a confié à Libé Imane Masbahi, distributrice de films arabes notamment égyptiens au Maroc. Et de souligner que « l'auteur du film est connu pour aborder des thèmes d'actualité. Il se trouve que la corruption dans le monde des affaires en Egypte est un sujet actuel qui suscite maints débats au point que le gouvernement égyptien s'est trouvé obligé de faire la part des choses vu qu'il a plus ou moins autorisé ce système. D'où l'audace du choix de ce thème», apprécie-t-elle, soulignant que les films égyptiens détenaient 11% des parts du marché marocain en 2009 avec une quarantaine de productions. Pas si loin, finalement, des 145 productions américaines avec 33% des parts de ce même marché.
Ashraf Abdelbaki, May Kassab, Ezzat Abo Auf et Hassan Houssni complètent ce casting dans des rôles aussi humoristiques que loufoques.  
« Bobbos » offre un voyage aussi amusant que mouvementé qui vaut la peine d'être vu. Les amateurs du genre sont servis.

ALAIN BOUITHY
Lundi 19 Avril 2010

Lu 470 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs