Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans le sillage du Printemps des peuples : L’action commune arabe à l’épreuve au Sommet de Bagdad




Dans le sillage du Printemps des peuples : L’action commune arabe à l’épreuve au Sommet de Bagdad
L’action arabe commune sera mise à rude épreuve lors du prochain Sommet de Bagdad, dont les travaux se sont ouverts  mercredi, au niveau des ministres des Affaires étrangères, avec la participation des représentants des Etats membres de la Ligue arabe, à l’exception de la Syrie, mise à l’index en raison des événements en cours dans ce pays.
Ce 23ème Sommet ordinaire de la Ligue se tient dans un contexte particulièrement délicat en raison de la vague de contestations engendrée dans le sillage du Printemps arabe et qui s’est soldée, jusqu’ici, par l’éviction de quatre dirigeants et continue de concerner certains pays, notamment la Syrie.
Conjuguée à une conjoncture internationale en pleine ébullition, l’onde de choc provoquée par ces profondes mutations dans la région impose aux pays arabes de s’adapter à la nouvelle donne et d’œuvrer à la relance de politiques transversales de proximité et de réconciliation avec le citoyen lambda.
« L’agenda de ce sommet sera différent des précédents, car il sera plus ouvert et devra être plus proche des citoyens arabes», assurait récemment le secrétaire général-adjoint de l’organisation panarabe dans des déclarations à la presse.
A bien des égards, il est tout à fait intéressant de relever que ce soient les ministres de l’Economie et des Finances qui ouvrent le bal en prélude du prochain Sommet avec au menu un accent singulier sur des secteurs économiques stratégiques comme le tourisme et l’eau, entre autres. Le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, a particulièrement relevé l’importance de ce Sommet du fait qu’il accorde une place de choix à l’examen des moyens de renforcer les mécanismes d’action arabe commune. Signe qui ne trompe pas, la Ligue a, de l’avis de plusieurs observateurs, opéré une large ouverture sur les organisations de la société civile, dont près d’une quarantaine oeuvrant dans le domaine des droits humains ont interpellé l’organisation panarabe à des réformes sérieuses instaurant des relations de coopération avec la société civile.
Dans un mémorandum, lesdites ONG ont appelé, mardi, la Ligue à une révision profonde de ses mécanismes d’action en vue de favoriser l’introduction de véritables réformes devant accompagner les exigences de l’époque. Lors de ce Sommet, le diplomate algérien Lakhdar Ibrahimi, chef du comité en charge du développement de l’action arabe commune, devait présenter un rapport d’étape sur l’avancement des travaux de ce comité.
Les chefs d’Etat devront ainsi discuter des moyens permettant de mettre en oeuvre le projet de développement de la Ligue et l’activation de son rôle, à travers notamment l’adoption de mesures pour la restructuration de son secrétariat général et l’amélioration de ses structures et mécanismes de travail.
Figurent aussi au menu de ce chantier le renforcement des relations interarabes, la mise en place d’un mécanisme permanent d’évaluation et de suivi des actions de la Ligue afin d’accompagner les changements intervenus sur la scène régionale, particulièrement en matière de préservation de la paix et de la sécurité.
Dans cette veine, il va sans dire que la crise syrienne s’invitera, sans surprise, à l’ordre du jour du Sommet de Bagdad, désormais appelé à prendre une position claire qui tienne compte de la complexité de ce dossier et de ses répercussions sur l’équilibre et la stabilité régionale. La réunion mardi du Conseil économique et social de la Ligue arabe devait être suivie, mercredi, de celle des ministres des Affaires étrangères, qui devraient préparer «la déclaration de Bagdad», dont l’adoption sera entérinée lors du Sommet des chefs d’Etat arabes, jeudi prochain.
Le projet de résolution sur la question syrienne, dont la MAP a obtenu une copie, appelle pouvoir et opposition au «dialogue national», et interpelle le Conseil de sécurité de l’ONU à soutenir l’initiative arabe en la matière et les membres du Conseil à coopérer de manière constructive à ce sujet.
Il va sans dire que la question palestinienne figurera en tête des priorités de ce Sommet, l’objectif étant d’aboutir à une position et une vision communes à même de soutenir le peuple palestinien dans sa lutte pour mettre fin à l’occupation de ses terres et créer son Etat indépendant avec Al Qods pour capitale.

MAP
Jeudi 29 Mars 2012

Lu 497 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs