Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dans le cadre du quatrième Festival Jazzablanca : Hamid El Kasri retrouve son public casablancais




Dans le cadre du quatrième Festival Jazzablanca : Hamid El Kasri retrouve son public casablancais
Et le voilà de retour sur scène. Peu de temps après l’hommage qui lui a été rendu par l’émission «Naghma wa Atay», présentée sur la chaîne Al Aoula, Hamid El Kasri se retrouve une nouvelle fois sur scène. Cette fois-ci, il se produira le 15 avril 2009 à 20h au Mégarama de Casablanca dans le cadre de la quatrième édition du Festival Jazzablanca qui aura lieu du 14 au 18 avril 2009. Ce concert sera la première étape de sa tournée nationale qui le guidera juste après à Lalla Takerkoust située à 30 kilomètres de Marrakech, pour s’y produire dans le cadre du 2ème Festival de Moonfest. Un événement où notre maâlem improvisera un morceau à côté d’Amazigh Kateb, l’ex-chanteur de Gnawa Diffusion.
 Le Maroc a produit un nombre absolument incroyable d'artistes de talent. Il existe un grand nombre de maâlems. Et il semble en avoir de nouveaux chaque année. D’Abdellah El Gourd à Mjid Bekkas en passant par Mahmoud Gania, et ses deux frères Abdellah et Moukhtar sans pour autant parler de sa sœur l'maâlema Gania, Hassan Hakmoune, Abdelkbir Marchane. Et la liste est longue. Se dégage du même lot, le nom de Hamid El Kasri, symbole du métissage réussi entre les culture noire africaine et arabo-berbère.  Fervent défenseur de la musique gnaoua, Hamid El Kasri  s’exprime en toute liberté. Il dit ce qu'il pense, crie ce qu'il ressent, laisse aller son amour pour la musique sans compromis. Inimitable, Hamid El Kasri ne laisse personne indifférent. Grand maâlem, il adore le métissage musical qui ignore les frontières et crée l'union dans la diversité.
Tout en restant fidèle à l'héritage de la musique de la confrérie gnaoua, il aime dialoguer avec les autres musiques du monde. Notre artiste a une double formation musicale: traditionnelle et moderne. Il a appris taghnawite véhiculant la nostalgie du mysticisme profond lié à ses origines spirituelles. Ce qui lui a permis de collaborer avec les musiciens les plus connus de la scène blues et jazz. A la liste de ces artistes figure le nom de Karim Ziad, le grand batteur de jazz et leader du groupe de fusion, Ifrikya. Résultat: des albums à  écouter à tout moment.  Pour cela, il est fortement recommandé que vous vous procuriez son album. Laissez-vous ensorceler par la subtilité rythmique de ce gnawi très inspiré. Vous allez vous plaindre toujours de ne jamais en avoir assez.


Ayoub Akil
Lundi 13 Avril 2009

Lu 892 fois


1.Posté par asmae lgnaui le 17/06/2010 23:21
j adore beaucoup Hamid Lkasri je suis une vraie gnauiya et je veux offrir un tableau à Hamid Lkasri de Gnawa, que puis-je faire....... je suis la fille de Lmaalm Moulay Omar de Meknes merci.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs