Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Daniel Sibony : un ami qui nous veut du bien… !




Venu faire la promotion de son livre à Marrakech, à l’Institut français, Daniel Sibony n’a pas manqué de séduire son public qui a admiré sa verve de «conteur». Mais l’enthousiasme de son élégante prestation n’a pas survécu à la lecture décevante de ce récit à bien des égards.
Le lecteur, en effet, réalise que l’auteur avec des talents de bonimenteur a leurré l’auditoire en lisant hors de leur contexte des passages dont il occulte et avec brio, on le concède, le sens véritable. Dans ce «roman»  autobiographique, Sibony évoque un Maroc sclérosé, des enfants agressifs dont l’unique distraction est la persécution des juifs à coups de pierre. Le lecteur découvrira quelques chapitres plus loin que ce détail n’est pas anodin puisque l’auteur le relie au conflit du Proche-Orient.
On constate donc que ses «origines marocaines» ne l’ont guère empêché de véhiculer des clichés islamophobes et racistes mille fois ressassés aujourd’hui par certains feuilles de chou ou des écrivaillons en mal d’inspiration : islam intolérant, réducteur, hégémonique, qui n’a pas «innové», «qui n’a rien inventé»; musulmans génétiquement violents, haineux, hermétiquement clos à toute science ; Marocains obséquieux et inconsistants,  parlant – en dépit de la francophonie- un français «petit nègre». Même les «Fatmas» si chères à la littérature coloniale sont présentes ! Force est de reconnaître que l’essai d’Edward Saïd garde toute son actualité : «Sur ce seul groupe ethnique ou religieux ; on peut dire ou écrire pratiquement n’importe quoi, sans se heurter à la moindre objection ou à la moindre protestation».
S’il ne possède pas l’art de la critique subtile, il excelle en revanche,  dans celui du dénigrement facile, de la connotation perfide. A l’instar d’un Sylvain Gouguenheim ou d’un Jean-Claude Barreau, il se complaît à rabaisser l’Autre. L’Autre, ce sont les musulmans. Les «eux» et les «nous», les «nôtres» et les «leurs» qui jalonnent le récit traduisant bien cette distance entre deux cultures qui se heurtent et qu’on ne peut ni concilier ni réconcilier. Ils expriment, en outre, le mépris de l’auteur à l’égard de ces «barbares» dont ni l’architecture, ni la musique, ni la pensée ne trouvent grâce à ses yeux. Ces «barbares» qu’il oppose à un Occident rayonnant et mythique (même s’il l’écorche au passage !) qui n’existe que dans son imagination.
Parant de toutes les vertus une Amérique salvatrice et généreuse, une Europe tolérante et idyllique bien que la première soit née des génocides perpétrés contre des populations autochtones, que le terrorisme d’Etat constitue l’essence de sa politique étrangère comme le souligne Noam Chomsky dans son essai : De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis, et que la deuxième ait produit les pogroms et l’Inquisition obligeant les juifs à se réfugier en terre d’islam; Sigrid Hunke est là pour en témoigner : Le soleil d’Allah brille sur l’occident (notre héritage arabe).
Dans une langue insipide et maladroite qui n’émeut ni le corps ni l’esprit, il sombre dans une victimisation de mauvais goût et excède le lecteur par sa mauvaise foi  car rapprocher la condition des Palestiniens dépossédés de leur terre et expulsés de leurs villes par une politique usurpatrice et terroriste, à celle des juifs marocains qui ont choisi l’exil, révèle le désir manifeste de falsifier l’histoire.
Après avoir parcouru ce «roman» qui distille le fiel et l’ennui, le lecteur s’étonne de la présence de Daniel Sibony dans une ville « où il n’a jamais été chez lui », une ville où il a ressenti «la joie» de «partir», une ville qui ne lui inspire apparemment que mépris et haine. 

Assia BENSALEK/Laila BENSLIMAN
Lundi 22 Mars 2010

Lu 457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs