Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cycle de cinéma marocain à Madrid

Une occasion pour démontrer l'évolution et l'ouverture du 7ème art national




Le cycle de cinéma marocain, qui se tient du 09 au 15 janvier à Madrid, constitue une occasion pour jeter la lumière sur l'évolution et l'ouverture du 7èm art marocain au cours de la dernière décennie, a souligné le directeur de cet évènement, El Arbi El Harti.
 Le cinéma marocain évoque actuellement tous les sujets d'actualité et reflète la réalité et l'évolution de la société marocaine, a ajouté El Harti dans une déclaration à la MAP, faisant noter que la nouvelle vision de la production cinématographique marocaine met l'accent particulièrement sur les sujets liés aux droits de l'Homme.
 La violence, les changements de la période de transition politique, la violence politique, la liberté d'expression, les relations sexuelles sont des sujets, entre autres, qui attirent les professionnels du cinéma marocain, a-t-il fait observer.
 Le cinéma marocain, a noté El Harti, directeur de l'Association pour l'action interculturelle universitaire citoyenne (APAIUC), se caractérise actuellement par son réalisme et son professionnalisme et l'usage des nouvelles technologies pour transmettre ses messages.
 Cette manifestation culturelle, tenue sous le thème "Après Tanger : un regard éthique sur le mouvement cinématographique", a pour principal objectif de faire connaître au public espagnol l'évolution et l'actualité cinématographique au Maroc, ainsi que les grands changements enregistrés depuis plus d'une décennie dans le cinéma marocain, a relevé El Harti.  Organisé par l'APAIUC et la Fondation de la société espagnole générale d'auteurs et éditeurs en collaboration notamment avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), ce cycle prévoit la projection d'une quinzaine de longs-métrages de réalisateurs marocains. Parmi ces films figurent "Les yeux secs" de Narjiss Nejjar, "Nos lieux interdits" de Leila Kilani, "Zéro" de Nour-Edine Lakhamari, "Les Chevaux de Dieu" et "My Land" de Nabil Ayouch. 

Vendredi 10 Janvier 2014

Lu 346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs