Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crise politique en Grèce: Tractations pour un gouvernement de coalition




Les dirigeants des partis conservateurs Nouvelle-Démocratie, socialiste Pasok et de la gauche modérée (Dimar) devaient s’entretenir successivement mercredi après-midi pour parachever leur accord en vue de la formation d’un gouvernement de coalition.
Antonis Samaras, chef de la droite et vainqueur des législatives mais sans majorité absolue, devait s’entretenir avec le dirigeant socialiste, Evangélos Vénizélos, dont le parti est arrivé en troisième position, avant une rencontre une heure plus tard avec Fotis Kouvelis du petit parti de gauche modérée Dimar, selon le bureau de presse de la Nouvelle-Démocratie.
Ces réunions successives devraient déboucher sur une coalition sous l’égide de la droite, compte tenu qu’expirait  mercredi soir le mandat de trois jours imposé lundi au chef du parti arrivé en tête des législatives pour former un gouvernement, comme le prévoit la Constitution.
Le scrutin de dimanche, remporté par la droite pro-européenne, a mis fin à un cycle électoral marqué par la dissolution d’un premier Parlement élu le 6 mai et qui n’avait pas permis de constituer un gouvernement.
L’objectif des Grecs est de boucler un exécutif à temps pour participer à une réunion de l’Eurogroupe jeudi qui doit examiner notamment les moyens de maintenir la perfusion financière sous laquelle a été placée la Grèce.
Au coeur des tractations entre partis, la plate-forme politique commune qui doit servir de base pour négocier avec les créanciers de la Grèce et tenter d’assouplir l’ensemble très rigide de mesures imposées à ce pays, qui ont conduit à une chute brutale du niveau de vie des Grecs et accentué la récession.
Pour M. Samaras, tout comme pour M. Vénizélos, il était essentiel de convaincre Dimar, favorable à l’euro de participer au gouvernement ou tout au moins de le soutenir pour éviter un simple retour au couple désavoué précédent et apporter une caution de gauche.
M. Kouvélis a indiqué mardi soir que le Dimar se contenterait de soutenir le gouvernement au parlement mais que ses cadres n’y participeraient pas.
«Ils sont en train de résoudre les mots-croisés du nouveau gouvernement», titrait mercredi le quotidien centre-gauche Ta Néa.
Pour Kathimérini (libéral), «L’accord sur un gouvernement de coalition est en train de se finaliser».
AFP
 

Libé
Jeudi 21 Juin 2012

Lu 326 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs