Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crise en Grèce : Lagarde met les pieds dans les plats




A moins d’un mois des élections législatives décisives en Grèce pour le maintien dans la zone euro, alors que les partis politiques extrémistes n’ont jamais été aussi populaires et que les nerfs des Grecs sont à vif, les déclarations de Christine Lagarde n’ont fait qu’ajouter de l’huile sur le feu.
«Je pense que les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement», en «payant tous leurs impôts», avait déclaré la directrice générale du FMI (Fonds monétaire international) le 26 mai dernier dans une interview accordée au Guardian. Elle s’est également dite moins préoccupée par le sort des Grecs que par celui des enfants d’Afrique subsaharienne. Une déclaration qui a fait bondir tout le monde et qui, malgré un rapide rétro-pédalage, a enflammé la toile.
Les Grecs se sont sentis humiliés par ces propos considérés comme infantilisants et n’ont pas tardé à le faire savoir par l’intermédiaire de leurs responsables politiques. Le chef du parti socialiste Pasok, Evangélos Vénizélos avait estimé que les propos de Christine Lagarde avaient «humilié» et «insulté» les Grecs. Quant à Alexis Tsipras, chef du parti de la gauche radicale Syriza qui a obtenu le deuxième score le 6 mai dernier, il a répondu à la directrice générale du FMI, en lui disant que les Grecs ne cherchaient pas sa «sympathie» et que «les travailleurs grecs paient leurs impôts» qui sont très lourds et même «insupportables». Même en France, ses déclarations ont fait des remous. Le président du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré sur France 3: «Ce sont des propos indignes. S’il y avait une morale politique, Madame Lagarde devrait s’en aller du poste qu’elle occupe». C’est bien la première fois qu’il partage l’avis de la présidente du Medef, le syndicat des patrons, Laurence Parisot, qui a qualifié ces propos de «dangereux». «Je crois qu’il ne faut pas s’adresser aux peuples comme ça, et notamment en ce moment au peuple grec, qui est victime d’une situation effroyable».

Par Alexandre Phalippou (Huffington Post)
Mercredi 30 Mai 2012

Lu 298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs