Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crise au Paraguay : Le président destitué revendique le retour de la démocratie




Le président destitué du Paraguay, Fernando Lugo, a jugé illégitime le nouveau gouvernement et appelé dimanche au rétablissement de la démocratie.
Cet ancien évêque catholique, classé à gauche, a déclaré que sa destitution, vendredi par le Congrès, était un «coup d’Etat parlementaire contre la volonté du peuple» et il a souligné qu’il soutiendrait tout effort pacifique visant à rétablir la démocratie dans son pays.
Le Congrès du Paraguay s’est prononcé à une écrasante majorité en faveur de la destitution de Fernando Lugo en estimant qu’il avait failli à son devoir de maintenir l’ordre social à la suite d’une opération d’expropriation de paysans qui s’est soldée par la mort de 17 personnes.
Conformément à la Constitution du Paraguay, le président destitué a été remplacé par le vice-président Federico Franco, qui n’a pas ménagé ses critiques à l’encontre du chef de l’Etat pendant une bonne partie de son mandat.
 Le ministre des Affaires étrangères nouvellement nommé par Franco a demandé à Fernando Lugo de contribuer à apaiser les tensions provoquées en Amérique latine par sa destitution, mais l’intéressé a opposé une fin de non recevoir.  «C’est un gouvernement d’imposteurs. Vous ne pouvez pas coopérer avec un gouvernement qui n’a aucune légitimité», a dit Lugo en ajoutant qu’il assisterait cette semaine au sommet du Mercosur, organisation économique sud-américaine, afin d’y présenter la situation au Paraguay.
L’Argentine, qui assume actuellement la présidence tournante du Mercosur, a indiqué que le gouvernement de Federico Franco ne serait pas autorisé à envoyer des représentants au sommet.
Un haut responsable brésilien a déclaré que le Paraguay serait vraisemblablement suspendu de l’Unasur (Union des nations sud-américaines) ainsi que du Mercosur, lequel regroupe aussi l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay.
«Ce qu’il faut, c’est faire de ce nouveau gouvernement un véritable paria», a dit ce responsable, sous le couvert de l’anonymat. L’Argentine et le Brésil ont rappelé samedi leurs ambassadeurs en poste à Asuncion, en signe de protestation contre une procédure jugée trop rapide. Le Venezuela a suivi dimanche leur exemple et suspendu ses livraisons de pétrole au Paraguay. La compagnie nationale vénézuélienne PDVSA fournit un quart des besoins du Paraguay en pétrole.

Reuters
Mardi 26 Juin 2012

Lu 217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs