Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Création du premier orchestre philarmonique du Maghreb

L’orchestre donnera une série de concerts, du 7 au 13 janvier 2015, dans plusieurs villes du Royaume




Création du premier orchestre philarmonique du Maghreb
Dans le cadre de son engagement pour l’organisation et la promotion des manifestations culturelles et artistiques, et après plusieurs années d’intense activité dans le domaine de la musique, notamment l’organisation du Concours national de musique et du Concours international de Piano, la Fondation Ténor pour la culture créera un nouveau projet de grande envergure : Un orchestre philarmonique maghrébin.
Ce nouvel ensemble maghrébin, constitué d’instrumentistes professionnels marocains, tunisiens et algériens et qui verra le jour en janvier 2015, aura pour vocation de donner des concerts dans les pays du Maghreb et à travers le monde, dans le but de faire rayonner les valeurs de partage et de fraternité entre les peuples, ainsi que de créer des ponts culturels entre ces trois pays d’Afrique du Nord. «Un bel exemple pour la construction d’un Maghreb uni et solidaire en ce début d’année 2015 », soulignent les organisateurs.
Constitué de 70 musiciens, l’Orchestre philharmonique du Maghreb, sillonnera, du 7 au 13 janvier 2015, quatre villes du Royaume, à savoir : Rabat, Casablanca, Tanger et Marrakech, pour sa première série de concerts qui sera dirigée par le grand chef franco-tunisien Fayçal Karoui. L’exceptionnelle pianiste marocaine Dina Bensaïd et la soprano algérienne Amel Brahim-Djelloul, toutes deux diplômées du prestigieux Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, se joindront à cette initiative originale en tant que solistes.
Au programme de cette série de concerts, des œuvres emblématiques du répertoire classique, tels que la 5ème symphonie de Beethoven ou le 2ème Concerto pour piano de Rachmaninov. En plus d’une partie lyrique reprenant de grands airs d’opéra « les Noces de Figaro » qui sera interprétée par Amel Brahim-Djelloul pour le plus grand plaisir des mélomanes.
Il est à rappeler que, depuis sa création, la Fondation Ténor pour la culture, association à but non lucratif, a pour objectif d’engager et de soutenir des actions culturelles et artistiques au Maroc et de contribuer activement à leur développement. Parmi ses missions phares : l’encouragement, l’encadrement, l’organisation et la promotion des manifestations culturelles; le développement et l’accompagnement des activités de formation artistique ; ainsi que la gestion à titre bénévole d’organismes à but non lucratif opérant dans le domaine culturel.
La Fondation s’est dotée de moyens techniques, humains et financiers pour lancer, accompagner ou gérer directement des projets de grande envergure, étayant l’image d’ouverture et de modernité du Royaume du Maroc.

Dina Bensaïd, pianiste

Création du premier orchestre philarmonique du Maghreb
Née en 1989, Dina Bensaïd commence ses études de piano à l’âge de 4 ans à Casablanca avec Nicole Salmon. Repérée par Jacques Rouvier qui la prend sous son aile, Dina s’installe à Paris. Elle est diplômée de l’Ecole normale de musique de Paris Alfred Cortot à l'âge de 12 ans dans la classe de Jacques Lagarde, et trois ans plus tard du Conservatoire à Rayonnement régional de Paris dans la classe de piano d’Olivier Gardon et en musique de chambre du Quatuor Ysaye. En 2007, Dina intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de piano Georges Pludermarcher et Claire Désert.
Depuis 2011, Dina se perfectionne auprès de Franck Braley et Haruko Ueda dans ce même établissement. Parallèlement, elle étudie la direction d’orchestre auprès de Nicolas Brochot.
Depuis ses débuts avec l’Orchestre philharmonique du Maroc en 2003, elle est régulièrement invitée au Maroc et en Europe dans des salles prestigieuses, comme la Salle Cortot, ou le Bulgaria Hall de Sofia. Dina Bensaïd a reçu le Premier Prix du concours SAR Lalla Meryem (2002, 2004 et 2006), Concours Steinway à Paris (2002) du Concours national de musique au Maroc (2003) et du Concours Flame à Paris (2006). Durant l’été 2014, la jeune pianiste a réalisé une véritable performance en France, enchaînant 7 concerts différents en l’espace de 2 semaines, concerts durant lesquels elle a joué accompagnée d’un orchestre tout en le dirigeant elle-même.

Mehdi Ouassat
Jeudi 25 Décembre 2014

Lu 1598 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs